5 juillet 2012
Un tunnel de 28,7 M$
Par: Martin Bourassa

Le Courrier a pris la Ville de Saint-Hyacinthe par surprise en publiant des données tirées de l’étude de faisabilité du Canadien National (CN) concernant l’aménagement d’un tunnel dans le prolongement du boulevard Casavant.

Le Courrier a pris la Ville de Saint-Hyacinthe par surprise en publiant des données tirées de l’étude de faisabilité du Canadien National (CN) concernant l’aménagement d’un tunnel dans le prolongement du boulevard Casavant.

Il faut dire que cette étude hautement confidentielle circulait à l’Hôtel de Ville depuis quelques semaines déjà. Mais le conseil ne semblait pas tellement pressé de l’étaler publiquement et de relancer le débat.En coulisse, on murmure que le plan de match est de repousser la diffusion de l’étude à l’automne, période à laquelle une consultation populaire serait menée afin de sensibiliser les Maskoutains aux conclusions du document.Ceux qui ont suivi le dossier de près se souviendront peut-être que cet exercice devait être fait le printemps dernier selon les projections initiales.On repousse donc à l’automne sans trop savoir de quoi sera faite cette saison qui pourrait être mouvementée avec la reprise annoncée des protestations étudiantes et la tenue possible d’une campagne électorale provinciale.Il s’en trouve déjà pour dire que dans les circonstances, il ne faudrait pas trop se surprendre de voir la patate chaude que représente le tunnel du boulevard Casavant être refilée au prochain conseil, celui qui sera élu en novembre 2013.Ce dossier deviendrait donc un enjeu électoral majeur et on peut même avancer que ce sera le cas. Advenant une prise de position cet automne ou même l’hiver prochain, le conseil qui sera élu en novembre 2013 pourrait bien décider de le remettre à l’ordre du jour. C’est exactement ce qu’a fait le conseil actuel, élu en 2009, dans ce projet.La meilleure façon de régler le dossier pour de bon serait de le soumettre au verdict populaire. On pourrait profiter de l’élection de novembre 2013 pour inclure aux bulletins de vote une question référendaire sur le tunnel. On limiterait ainsi les coûts.Ce serait pas mal plus démocratique et fiable qu’un sondage.Mais laissons de côté les spéculations et attardons-nous un peu aux grandes lignes de cette étude du CN qui chiffre à 28,7 M$ le coût d’aménagement total du tunnel à quatre voies, incluant toutes les dépenses associées au projet.Les opposants au tunnel, et ils sont nombreux en ville et à la Ville, diront que c’est beaucoup d’argent, que c’est beaucoup trop cher payé considérant l’impact attendu sur le compte de taxes. Selon les calculs obtenus par Le Courrier, on parle d’un montant d’environ 100 $ par année à refiler pendant 20 ans au propriétaire de la maison moyenne à Saint-Hyacinthe. On calcule entre 0,04 cent et 0,06 cent par 100 $ d’évaluation, selon les termes du règlement d’emprunt et le taux d’intérêt négocié. De l’autre côté, les partisans du tunnel feront sans doute valoir que cette évaluation des coûts demeure hautement imprécise. On parle d’un degré de fiabilité variant entre 30 et 40 pour cent. À la baisse ou à la hausse, il est vrai. On fera aussi valoir l’investissement à long terme et l’impact positif sur le développement du secteur.Parmi les éléments à prendre en considération, il y a la possibilité de compter sur des subventions. Le maire de Saint-Hyacimthe aurait, dit-on, déjà amorcé son travail de sensibilisation à cet effet, mais sans grand résultat à ce jour.Le CN pourrait également absorber une partie de la facture. À Burlington en Ontario, le CN avait d’ailleurs défrayé 15 % du coût d’aménagement d’un tunnel à quatre voies construit au coût de 14,1 M$ en 2010. Pour une structure similaire, ce serait donc deux fois plus cher au Québec, mais bon, on ne peut pas nécessairement comparer les deux cas, puisque chaque projet a des caractéristiques qui lui sont propres.Cela dit, j’ai hâte que l’on passe en mode consultation pour entendre ce qu’aura à dire la Chambre de commerce locale, le CLD Les Maskoutains et la Cité de la biotechnologie. Reste à savoir si ces organismes oseront se mouiller et s’ils auront les coudées franches. C’est loin d’être évident. Même que ce serait étonnant vu les liens étroits entre tout ce beau monde. Le CLD et la Cité peuvent-ils militer ouvertement pour le tunnel quand on sait qu’ils sont tous les deux présidés par le maire de la Ville de Saint-Hyacinthe? À suivre après les vacances estivales.

image