16 mai 2019
Une 2e place pour Alex Burger aux Francouvertes
Par: Maxime Prévost Durand

Fort d’un EP paru l’an dernier, Alex Burger s’apprête à lancer cet automne son premier album solo. Photo Frédérique Ménard-Aubin

Demi-finaliste au Festival international de la chanson de Granby, puis gagnant du Cabaret Festif en lien avec le Festif de Baie-Saint-Paul, Alex Burger a ajouté un autre fait d’armes à sa feuille de route en raflant la 2e place des Francouvertes au terme de la finale présentée le 6 mai, au Club Soda, à Montréal.

publicité

Cela a notamment permis à l’auteur-compositeur-interprète maskoutain de repartir avec une bourse de 1000 $ en poche, en plus de se voir offrir une prestation au Théâtre du Petit Champlain et une autre dans le cadre des Francofolies cet été. Il a aussi remporté, entre autres, une résidence d’écriture à la maison SOCAN de Nashville, des heures d’enregistrement et de répétition en studio et des campagnes de publicité à la radio.

« Ça a vraiment été du fun parsemé de petits moments de stress », a résumé Alexandre Beauregard, de son vrai nom, dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER.

Disputé en plusieurs soirées, le concours des Francouvertes permet aux artistes de présenter de courtes prestations devant le public et le jury.

« La première fois, ça n’a pas donné le show qu’on voulait, avoue le Maskoutain. Mais avec ma gang, on s’est bien repris en demi-finale et on a fait exactement ce qu’on fait dans un show. On a montré c’était quoi le vrai truc. »

Après avoir arraché la 9e et dernière place donnant accès aux demi-finales au terme de la ronde préliminaire, Alex Burger est particulièrement sorti du lot en offrant, de son propre aveu, un aperçu plus juste de ce qu’il est capable de faire sur scène. Cela lui a permis d’accéder à la grande finale, où il a finalement été devancé par le septuor O.G.B, qui allie rap et jazz.

« C’était spécial parce que j’avais déjà été finaliste aux Francouvertes avec [mon ancien groupe] Caltâr-Bateau. On avait fini 3e. J’ai vécu comme un flashback, trois ans plus tard. »

Avec seulement un EP en poche depuis qu’il s’est lancé en solo, intitulé À’ment donné, Alex Burger a présenté quelques nouvelles chansons durant les Francouvertes. Celles-ci doivent se retrouver sur son premier album à venir en septembre, dont l’enregistrement est déjà « pas mal fini ».

Voguant entre sonorités rock’n’roll et country sur le EP, il se promet d’être encore plus hétéroclite sur son album. Pour l’occasion, il a notamment travaillé avec Alexandre Martel, fidèle acolyte d’un certain Hubert Lenoir et connu pour son projet musical sous le nom Anatole.

Fort de ces nombreuses expériences dans les concours musicaux, Alex Burger a acquis une autonomie financière qui lui permettra de poursuivre ses projets grâce aux prix qu’il a remportés. De ce fait, il devrait lancer son album de façon indépendante, du moins c’est ce qui est projeté pour le moment.

« J’ai eu quelques offres, mais pour l’instant, il n’y a rien eu de renversant. Après 15 ans à faire de la musique de façon indépendante, je pensais que j’attendais de pied ferme d’être signé, mais là, je pense de plus en plus à rester indépendant. »

image