11 juillet 2019
Plafonnier urbain
Une ambiance qui est là pour rester
Par: Rémi Léonard

Plusieurs sections du nouveau plafonnier urbain ont été installées dernièrement sur la rue des Cascades. Ce projet d’embellissement vise une présence décorative à l’année. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un peu de couleur et de lumière se sont ajoutées au décor du centre-ville cet été. Les habitués du secteur ont certainement constaté l’apparition d’un « plafonnier urbain » sur plusieurs tronçons de la rue des Cascades.

publicité

Rien de surprenant jusque là puisque les Rendez-vous urbains nous avaient habitués à quelques décorations lumineuses lors des dernières éditions. Cette fois, la particularité tient au fait que l’installation se veut permanente. Ce projet d’embellissement piloté par la SDC centre-ville vise en effet à « créer une ambiance » dans le secteur, et ce, à longueur d’année, a indiqué sa directrice générale, Laurie Breault. « Jusqu’à maintenant, les réactions sont extrêmement positives », a-t-elle commenté quelques jours après l’apparition du plafonnier sur six sections de l’artère commerciale principale du centre-ville.

Parlant d’un projet « évolutif », Laurie Breault précise que les éléments décoratifs vont changer au rythme des saisons, présentant pour l’instant des fleurs dont la couleur varie d’un tronçon à l’autre. Elles ont par ailleurs été confectionnées par des élèves de l’école Raymond, qui se chargeront également des prochains éléments décoratifs à paraître au-dessus de la rue des Cascades. Il est prévu que la prochaine ambiance soit automnale, avant d’aller vers des décorations hivernales. La directrice générale de la SDC imagine déjà « quelque chose de plus lumineux, de moins chargé pour l’œil », toujours avec l’objectif d’être visible de jour comme de soir.

L’entreprise de Saint-Valérien Impact Production a été mandatée pour créer ce plafonnier. C’est d’ailleurs les mêmes qui se chargeaient auparavant des lumières temporaires installées lors des précédents Rendez-vous urbains. La firme compte plusieurs projets du même genre à son actif, dont l’installation de l’œuvre Aires Libres sur la rue Sainte-Catherine à Montréal.

Les coûts du projet sont de 50 000 $ annuellement, ce qui inclut l’installation, l’entretien, la réparation et la fabrication des poteaux, des fils, des lumières et des éléments décoratifs. La Ville de Saint-Hyacinthe y participe à la hauteur de 30 000 $.

Succession d’activités

Entretemps, les premières soirées des Rendez-vous urbains se sont déjà déroulées avec cette nouvelle « touche lumineuse », la plupart du temps dans des conditions météo parfaites. Après quelques soirées, la SDC pouvait déjà se féliciter d’avoir su attirer « une clientèle variée » et d’avoir assuré une bonne cohésion avec les activités de la fête nationale le 23 juin. Le spectacle du Boogie Wonder Band le 27 juin a été particulièrement populaire, a aussi indiqué Laurie Breault.

C’est maintenant au tour de la grande vente trottoir d’animer le centre-ville jusqu’à dimanche, alors que les Rendez-vous urbains tiennent en parallèle leurs dernières éditions de l’été avec des spectacles jeudi (ce soir) et le vendredi 12 juillet.

Tant qu’à parler de ce qui se brasse au centre-ville cet été, LE COURRIER a abordé le sujet de l’annonce du projet de Groupe Sélection au centre-ville. Tout comme la municipalité, la SDC accueille favorablement cette nouvelle mouture du projet, a indiqué Laurie Breault, qui juge que les principales préoccupations émises par son organisme il y a deux ans ont été prises en compte. L’ancien projet était effectivement prévu entièrement sur un terrain occupé par du stationnement public et s’adressait à une clientèle retraitée à qui on offrait plusieurs services à même le complexe.

image