19 mai 2011
Une amende salée
Par: Martin Bourassa

Distribuer des amendes de 146 $ (100 $ plus les frais) comme le fait la Ville de Saint-Hyacinthe aux gens qui annoncent une vente-débarras au coin de leur rue lors de la fin de semaine du Parcours des trouvailles est une pratique discutable.

Publicité
Activer le son

Distribuer des amendes de 146 $ (100 $ plus les frais) comme le fait la Ville de Saint-Hyacinthe aux gens qui annoncent une vente-débarras au coin de leur rue lors de la fin de semaine du Parcours des trouvailles est une pratique discutable.

On peut facilement comprendre la frustration de ceux qui en reçoivent. Il faut en vendre des gugusses à 1 ou 2 $ pour couvrir ces frais. Disons qu’une telle amende est salée. Elle gruge la majeure partie, sinon tous les profits du week-end.À la place des inspecteurs municipaux, je serais le premier à trouver ça cheap de délivrer des constats d’infraction pour une faute (?) aussi ridicule. Je serais en tout cas assez gêné de faire mon travail et pas très fier de dire que j’ai émis de tels constats. J’ose espérer qu’on n’impose pas de quotas aux inspecteurs municipaux qui se promènent dans les rues lors de cette activité. Ce ne serait pas la trouvaille du siècle.On pourrait se limiter à sensibiliser les gens et sévir uniquement en cas de récidive. N’y a-t-il pas des crimes plus importants à prévenir à Saint-Hyacinthe?Vrai que l’objectif de la Ville est louable. Elle souhaite réduire la pollution visuelle et éviter les abus qui l’ont justement incitée à établir ce règlement. Un règlement qui, il faut bien le dire, n’est pas en partant le plus connu des Maskoutains.Sauf qu’en même temps, le montant est nettement disproportionné par rapport à la faute commise. On pourrait facilement réduire la peine de moitié sans pour autant affecter l’effet dissuasif recherché sur les contrevenants.On pourrait ajuster le montant à celui des amendes imposées à ceux qui ne respectent pas la règlementation municipale concernant l’usage de l’eau par exemple. Dans la plupart des cas, les particuliers qui arrosent leur pelouse ou leurs fleurs ou lavent leur véhicule quand c’est interdit sont passibles d’une amende de 50 $ plus les frais.C’est deux fois moins cher. Et cette règlementation sur l’eau a une portée environnementale plus grande que le règlement sur les ventes-débarras, en cherchant à prévenir le gaspillage d’une ressource naturelle précieuse. Et considérant aussi qu’un constat pour un parcomètre expiré vaut un gros 15 $ à l’automobiliste fautif au centre-ville, c’est un non-sens que de réclamer 146 $ à un résident qui annonce sa vente-débarras à la mauvaise place.Le Parcours des trouvailles est une activité festive. Pourquoi jouer les trouble-fête?

image