7 mai 2020
Elliot Desnoyers
Une année de repêchage pas comme les autres
Par: Maxime Prévost Durand

Elliot Desnoyers fait partie de la trentaine de joueurs de la LHJMQ identifiés en vue du prochain repêchage de la LNH. Photo Wildcats de Moncton

Elliot Desnoyers devrait être au cœur des séries éliminatoires de la LHJMQ en ce moment. Ce devait être l’ultime opportunité pour le Maskoutain d’être remarqué à l’approche du repêchage de la LNH. Mais tout se déroule différemment en raison de cette crise.

Publicité
Activer le son

Son équipe, les Wildcats de Moncton, était parmi les favorites pour aspirer aux grands honneurs en vertu de sa 2e place au classement. La Coupe du Président et la Coupe Memorial étaient dans la mire de la formation du Nouveau-Brunswick.

« C’était une saison incroyable et, surtout, une opportunité incroyable d’apprendre des meilleurs joueurs de la ligue », confie-t-il.

Malgré la fin abrupte d’une saison de grands succès, c’est un jeune homme serein avec lequel LE COURRIER s’est entretenu.

« Ça va bien. J’essaie de rester actif et de m’occuper, malgré le fait que ça pourrait être les séries en ce moment, soutient-il. J’essaie de m’entraîner dehors, vu qu’on n’a pas accès au gym. J’en profite aussi pour lire un peu, pour regarder d’anciens matchs et passer du temps avec ma famille. »

L’ancien des Gaulois de Saint-Hyacinthe, maintenant âgé de 18 ans, en était à sa deuxième campagne avec les Wildcats. Même si ses statistiques sont plutôt similaires entre les deux saisons – 12 buts, 19 aides et 31 points en 61 matchs à sa première saison, puis 11 buts, 24 aides et 35 points en 61 matchs cette saison -, c’est un joueur plus complet qu’il était devenu dans les derniers mois. Par ses efforts bien entendu, mais aussi parce qu’il a été appelé à jouer différents rôles au sein de l’équipe.

Il a évolué sur le premier trio, puis sur les deux premières vagues de l’avantage numérique, surtout à la fin de sa première campagne et au début de la plus récente, mais il a aussi joué sur le deuxième et le troisième trio à la fin de la dernière saison en raison de l’arrivée de vétérans avec les Wildcats en vue des séries.

« Ça m’a appris à peaufiner tous les aspects de mon jeu. Ça m’a aidé à être meilleur all around, estime le choix de première ronde de Moncton en 2018. Déjà, avec les Gaulois, on avait commencé à travailler dans ce sens-là. Tu ne peux pas être juste un joueur offensif et ne pas jouer dans toutes les zones, c’est important d’être bon partout. »

Avec un potentiel remarqué depuis son plus jeune âge et une éthique de travail souvent louangée, Elliot Desnoyers continuait de tracer sa voie vers les rangs professionnels. Sur la liste dévoilée par la Centrale de recrutement de la LNH, il figurait au 175e rang chez les patineurs nord-américains en vue du prochain repêchage. Il était l’un des 33 joueurs de la LHJMQ à s’y retrouver, un contingent mené par Alexis Lafrenière.

Le fait que les Wildcats étaient promis à une longue route en séries aurait inévitablement permis au Maskoutain de montrer une dernière fois aux recruteurs des 31 équipes de la LNH ce dont il est capable sur une patinoire.

« Je voyais qu’avec notre équipe, on avait de bonnes chances de nous rendre loin cette année. [Sur le plan personnel], ça m’aurait apporté une bonne visibilité. Je m’étais préparé tout l’été et durant toute la saison pour être prêt pour ce moment-là. C’est pour cette raison qu’il faut être constant tout au long de la saison », philosophe-t-il au bout du fil.

On ignore pour l’instant les détails de ce prochain repêchage, qui était prévu à Montréal en juin. Mais qu’il se tienne dans un lieu physique ou virtuellement – une possibilité évoquée vu le contexte actuel -, Elliot sait déjà que les papillons se feront ressentir si une équipe prononce son nom.

image