26 novembre 2015
Centre de congrès et hôtel de luxe
Une architecture qui ne fait pas l’unanimité
Par: Jean-Luc Lorry
Une architecture qui ne fait pas l’unanimité

Une architecture qui ne fait pas l’unanimité

Maquette du futur centre de congrès municipal de Saint-Hyacinthe. Photothèque | Le Courrier ©

Maquette du futur centre de congrès municipal de Saint-Hyacinthe. Photothèque | Le Courrier ©

L’architecture du futur centre de congrès de Saint-Hyacinthe comprenant un hôtel haut de gamme suscite plusieurs commentaires sur les réseaux sociaux, a constaté LE COURRIER.

Publicité
Activer le son

Les premières images de ce complexe de 64 M$ qui sera intégré aux Galeries ­St-Hyacinthe ont été dévoilées dernièrement lors d’une soirée publique organisée par la Ville. Pour relancer le tourisme d’affaires, la municipalité compte injecter 25,2 M$ dans un centre de congrès dont elle sera propriétaire pendant 40 ans.

Pour populariser ce futur investissement, la municipalité a publié sur sa page Facebook les premières esquisses du ­futur édifice.

« On dirait l’hôpital… Je n’aime pas ­pantoute. Pourquoi pas en profiter pour faire une architecture en élévation ­marquante, qui va devenir un genre ­d’emblème pour Saint-Hyacinthe vu de l’autoroute 20 et par surcroît attirer le ­tourisme », a commenté Guy Allard. ­« Vraiment impressionnant, la même chose en plus cher $$$$ bravo pour le gaspillage… », a estimé René Brodeur. « La nouvelle SAQ sera plus élégante!!! », a comparé Kathy Degready. « Ça semble très bien! Parfois il faut savoir rebâtir », a écrit Rox Morin. La réalisation des plans et devis du centre des congrès et de l’hôtel a été confiée à la firme NEUF architecte(s) qui possède des bureaux à Montréal et ­Ottawa. Un contrat de 880 000 $ lui a été octroyé. Cette firme renommée s’est associée à sa consoeur montréalaise Kanva pour améliorer la qualité architecturale du complexe.

La réalisation des plans et devis du centre des congrès et de l’hôtel a été confiée à la firme NEUF architecte(s) qui possède des bureaux à Montréal et ­Ottawa. Un contrat de 880 000 $ lui a été octroyé. Cette firme renommée s’est associée à sa consoeur montréalaise Kanva pour améliorer la qualité architecturale du complexe.

Camp du oui

Parallèlement à sa page Facebook, la Ville de Saint-Hyacinthe a mis en ligne sur son site Web plusieurs commentaires de ­personnes oeuvrant dans le milieu des affaires maskoutain.

« 300 000 visiteurs de plus à Saint-­Hyacinthe chaque année en tourisme d’affaires et récréatif, c’est tout un ­moteur pour l’économie locale! », a indiqué ­Marc-Antoine Lacasse, propriétaire du Pacini, un restaurant intégré aux Galeries St-Hyacinthe.

« Comme Maskoutain, je trouve que ce projet est porteur et rafraîchissant. J’ai hâte de le voir prendre forme et devenir une source de fierté pour les années à ­venir », a mentionné Jean-Philip ­Pinsonneault, vice-président opérations et développement des affaires chez DPA Assurances.

Subventions

La municipalité souhaite ardemment réussir à rembourser une partie de ­l’emprunt de 23,6 M$ qu’elle souhaite contracter en décembre en allant ­chercher des subventions pour un ­montant de 8,4 M$.

« Je vais multiplier les démarches ­auprès d’élus. Je compte créer un mouvement ­citoyen pour supporter le projet de centre de congrès en utilisant ­notamment les réseaux sociaux », a indiqué le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, lors de la soirée d’informations.

Le premier magistrat s’est référé à d’autres municipalités comme Lévis ou Drummondville qui ont obtenu des subventions des deux paliers gouvernementaux pour aider au financement de ce type d’infrastructure (voir tableau).

image