22 décembre 2011
« Une belle chance pour Michael de laisser sa marque »
Par: Maxime Desroches
Jean Bédard, Michael Gadbois, Alain St-Amand et Marc Seyer.

Jean Bédard, Michael Gadbois, Alain St-Amand et Marc Seyer.

Le président du Groupe Interbox, Jean Bédard, a confirmé au COURRIER que le Maskoutain Michael Gadbois montera sur le ring dans le cadre d’un gala « Nouvelle génération » qui sera présenté au Pavillon de la Jeunesse de Québec, le 3 février.

Le pugiliste de 24 ans, invaincu en quatre combats professionnels, ne connaît pas l’identité de son opposant pour l’instant, mais salive déjà à l’idée d’enfiler les gants lors d’une carte de boxe d’une telle envergure. L’événement prinicipal de la soirée mettra en vedette l’étoile montante d’Interbox, le jeune Pier-Olivier Côté.

Jean Bédard a tenu à souligner que cette entente avec un boxeur maskoutain est une première depuis la création d’Interbox. « Michael est non seulement un athlète accompli bien connu dans la région, mais il représente aussi les valeurs de notre organisation. Il est un bon sportif et son attitude est irréprochable. Nous sommes fiers de le compter parmi nous en vue du gala du 3 février », mentionne-t-il.Même si seuls les combats après 21 h seront présentés sur la chaîne Showtime, le télédiffuseur officiel de la soirée, Jean Bédard estime que l’opportunité est belle pour Gadbois se laisser sa marque en offrant une solide performance.« Ce réseau de télévision présente régulièrement de la boxe les vendredis soir. Elle est constamment à la recherche de jeunes espoirs prometteurs en boxe. L’occasion est belle pour Michael », poursuit-il.

La patience rapporte

Tandis qu’il conservait la forme et travaillait sur l’aspect tactique avec ses instructeurs Marc Seyer et Alain St-Amand, du Club de boxe de Saint-Hyacinthe, Gadbois a trouvé le temps long depuis sa dernière présence dans l’arène, admet le principal intéressé.

« D’un côté, je me répétais que c’est important de ne pas brûler les étapes, car après tout, je n’ai pas tant de rounds de boxe professionnelle à mon actif. Par contre, j’avais hâte qu’un des deux gros promoteurs québécois (Interbox et GYM) me fasse signe. Ce jour-là est arrivé, et je compte bien en tirer avantage », avance celui qui a livré 72 combats au cours de sa carrière chez les amateurs.À son dernier combat, le 9 septembre, Gadbois avait dominé le Lithuanien Vladimiras Balaklijec pour l’emporter par décision unanime des juges.

image