15 novembre 2012
Double vie
« Une bonne grosse comédie comme on les aime »
Par: Le Courrier

Présentée cet été au Théâtre Juste pour rire Bromont, la comédie théâtrale Double vie de l’Anglais Ray Cooney poursuit sa tournée dans les salles de spectacle du Québec.

1050ar2t-doublevie

Avant de fermer définitivement les rideaux, à la fin novembre, elle sera présentée au Centre des arts Juliette-Lassonde le vendredi 23 novembre, dès 20 h.

Adaptée et mise en scène par Normand Chouinard, cette pièce met en vedette une palette d’acteurs colorés, à commencer par André Robitaille, Bernard Fortin et Martine Francke. S’ajoutent également à la distribution Roger La Rue, Sébastien René ainsi que Marie-France Lambert et Audrey Rancourt-Lessard, toutes deux promues de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe.« Je me souviens de Saint-Hyacinthe! J’ai beaucoup de souvenirs reliés à cette belle ville », avance Marie-France Lambert, dont la graduation remonte à 1987.L’histoire met en scène un chauffeur de taxi qui, depuis 18 ans, réussit à vivre avec deux femmes en même temps sans que celles-ci s’en aperçoivent. Mais les problèmes commencent lorsque les deux enfants qu’il a eus avec chacune des femmes font connaissance sur Internet et menacent de tisser des liens amoureux, compromettant ainsi sa double vie.Diplômée de l’École de théâtre depuis 2006, Audrey Rancourt-Lessard, que l’on peut voir à la télévision dans l’émission jeunesse Toc, toc, toc, joue l’adolescente de 15 ans. « Mélanie est une adolescente passionnée et débordante d’énergie. Elle est dans la fleur de l’âge et crois que Kevin est son âme soeur. Elle ne comprend pas pourquoi son père ne veut pas qu’elle le rencontre. Elle veut juste bien faire et présenter ce garçon à ses parents », raconte l’actrice de 27 ans.Bien que l’adultère, la polygamie et l’inceste soient des thèmes qui gravitent autour de cette comédie, cela n’alourdit d’aucune manière l’ambiance, selon Marie-France Lambert qui interprète l’une des deux épouses du bigame. C’est d’ailleurs dans la situation que cette pièce trouve son essence humoristique. « C’est une pièce assez folle, avance-t-elle. L’histoire est une situation improbable qui donne lieu à une comédie débridée et où tout est permis pour rire. C’est une bonne grosse comédie comme on les aime! On est très loin du drame. C’est un prétexte pour rire et il faut rire! »Parce que c’est du vaudeville comme on les aime avec des quiproquos, des répliques rebondissantes et du claquage de porte. Et bien que ce soit une pièce destinée au théâtre d’été, le jeu des acteurs n’est pas moins exigeant pour autant. Marie-France Lambert souligne la rapidité et le synchronisme qu’exige la pièce.« Que ce soit du Sheakspeare ou du Michel Tremblay, les exigences sont les mêmes. Et c’est difficile à jouer. Le rythme ne pardonne pas. La pièce est réglée comme une horloge », explique-t-elle. « Normand Chouinard est un maître de la comédie, renchérit Audrey Rancourt-Lessard pour qui il s’agit d’une première collaboration avec l’acteur et metteur en scène. Il travaille dans le rythme et sait ce qu’il fait. Il a une bonne vision. »

image