30 mai 2013
Renouvellement de l'agrément
Une bonne note pour la Faculté
Par: Le Courrier
La Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal.

La Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal.

La direction de la Faculté de médecine vétérinaire (FMV) de l’Université de Montréal affiche un large sourire. L’American Veterinary Medical Association (AVMA) en association avec la Canadian Veterinary Medical Association (CVMA) vient de renouveler l’agrément de cet établissement d’enseignement à la suite de son inspection et de son évaluation effectuées en novembre.

Publicité
Activer le son

« Nous avons reçu des félicitations. Nous avons été présentés comme un modèle à suivre pour les écoles vétérinaires américaines », mentionne avec fierté Émile Bouchard, vice-doyen au développement, aux communications et aux relations externes à la Faculté de médecine vétérinaire, en entrevue au COURRIER.

Le rapport des membres note l’excellence des infrastructures des hôpitaux équin et des animaux de la ferme. D’une durée de sept ans, la Faculté bénéficie d’un agrément complet jusqu’en 2019.Pourtant, les choses n’ont pas toujours été faciles pour cette institution médicale implantée à Saint-Hyacinthe en 1947.En 1999, l’AVMA avait décoté la Faculté en lui retirant l’agrément en raison de ses installations qui ne répondaient plus aux normes de l’Association américaine. « À la suite de la visite de 2005, nous avions reçu un agrément partiel conditionnel à la réalisation des travaux de construction du Centre hospitalier universitaire vétérinaire (CHUV). L’agrément complet a été acquis lors d’une seconde visite en décembre 2006 pour vérifier l’avancement des travaux », explique Émile Bouchard. Pour renverser la vapeur, Québec et Ottawa avaient investi en 2000 et 2002, un montant total de 76,5 M$ pour moderniser l’institution et passer l’éponge sur un problème de sous-financement.Impressionné par les améliorations réalisées dans un temps record, l’AVMA avait accordé de nouveau l’agrément complet en 2007. Un agrément partiel ne pouvant être reconduit, la Faculté s’était retrouvée au pied du mur. « Le dernier agrément était principalement basé sur nos infrastructures. En novembre, il fut davantage question de notre capacité à évaluer la compétence de nos étudiants », précise M. Bouchard. « Notre défi actuel est justement d’implanter un programme sur cette évaluation des compétences et représente un changement important de perspective dans nos méthodes d’enseignement. »

Développer l’enseignement

La Faculté compte 90 étudiants en médecine vétérinaire, un chiffre que la direction souhaite augmenter ces prochaines années.

« Nous sommes limités en raison du nombre de locaux d’enseignement disponibles. Nous visons la construction d’un centre d’apprentissage comportant des divisions plus petites pour accueillir des groupes restreints d’élèves avec davantage de professeurs et de laboratoires modulables », précise le vice-doyen. Le Canada compte cinq écoles vétérinaires et les États-Unis 28 établissements d’enseignement.

image