16 novembre 2017
entre les lignes
Une brique et un fanal
Par: Le Courrier

C’est avec une certaine stupéfaction, pour ne pas dire une stupéfaction certaine, que nous avons appris que notre bon vieux Marché public, celui qui fait la fierté d’une majorité de Maskoutains, allait être briqueté à neuf.

Publicité
Activer le son

On ne changera pas quelques rangs de briques ici et là. Non. On enlèvera toute la brique actuelle pour en poser des nouvelles. Rien de moins. C’est curieux, car nous avions l’impression que son état général était relativement bon. Et quand la Ville avait annoncé son intention de refaire une beauté au vénérable marché, en le retapant des fondations jusqu’au toit, jamais il ne nous était venu à l’idée que son parement de briques allait y passer.
Je ne suis pas un expert en patrimoine, mais à vue de nez cette opération va considérablement modifier l’allure du marché. Sans doute en mieux, mais il est permis de se demander quel en sera l’impact sur la valeur patrimoniale dudit bâtiment qui a vu défiler quelque 140 printemps au centre-ville de Saint-Hyacinthe. Un bâtiment qui, il est bon de le rappeler, a été élevé au rang de monument historique par la Ville elle-même en novembre 2011, à titre de plus vieux marché public au Québec. Cela aurait dû lui assurer toute la protection qui convient à un édifice de si haute valeur patrimoniale, même si certains Maskoutains estiment que des travaux passés lui ont déjà fait perdre beaucoup de son cachet.
La décision de recouvrir les briques de peinture pour lui redonner du lustre n’a pas fait l’unanimité. Cette décision aurait plutôt accéléré la décrépitude de la brique, au point de rendre son remplacement nécessaire et obligatoire.
Reste que ce marché public est l’un des plus puissants symboles de Saint-Hyacinthe. Au niveau marketing et image de marque, il demeure un incontournable. C’est pour cette raison que toutes les actions prises par la Ville le concernant mériteraient d’être expliquées en long et en large aux marchands et aux Maskoutains.
Bref, il serait grand temps que la Ville éclaire notre fanal dans ce dossier sensible, qui progresse dans l’ombre du projet Réseau Sélection.

image