17 octobre 2019
Une campagne authentique pour Sabrina Huet-Côté
Par: Olivier Dénommée

Sabrina Huet-Côté, candidate du Parti vert du Canada, lors d’un débat la semaine dernière. En plus des débats dans Saint-Hyacinthe-Bagot, elle a été sollicitée pour représenter son parti dans deux autres débats, tenus à Longueuil et à Montréal. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La campagne fédérale tire à sa fin et la candidate du Parti vert du Canada (PVC) dans Saint-Hyacinthe-Bagot, Sabrina Huet-Côté, dresse un bilan très positif de son expérience. Elle a rencontré plusieurs citoyens au cours des dernières semaines et croit être parvenue à prouver que son parti offre des options crédibles aux électeurs.

Publicité
Activer le son

« En porte-à-porte, j’estime avoir rencontré entre 1800 et 2000 électeurs. C’est sans compter les débats et les réseaux sociaux : je suis fière d’avoir rejoint une partie de la population de ce territoire si vaste! », raconte Mme Huet-Côté en entrevue. Elle s’est fait un point d’honneur de « rester naturelle et authentique » lors de ses rencontres avec les citoyens, qu’elle a d’ailleurs trouvés très ouverts à discuter avec elle. « Dès mon premier débat, des gens m’ont dit qu’ils ne pensaient pas voter vert, mais que ma personnalité leur avait fait changer d’avis. Je pense aussi que je suis parvenue à bien véhiculer le message que le PVC doit être pris au sérieux dans ses promesses. » Elle salue également la performance de sa cheffe Elizabeth May au seul débat national francophone, qu’elle a trouvé « courageuse », « authentique » et « disciplinée ».

La candidate verte est fière d’avoir fait campagne dans Saint-Hyacinthe-Bagot, où les candidats ont évité de tomber dans les attaques personnelles gratuites. « C’était très civilisé et les citoyens ont aussi participé activement, avec ouverture. Je sais que ça ne s’est pas aussi bien passé partout », note-t-elle. À quelques jours de la journée du 21 octobre, Mme Huet-Côté multiplie les entrevues et les rencontres avec les citoyens. Au moment d’écrire ces lignes, elle ne savait pas encore où elle passerait la soirée électorale.

image