31 mai 2012
Une chorale plonge dans le burlesque
Par: Le Courrier

Issue de la volonté de faire les choses autrement, c’est dans cette optique qu’a été formée la chorale Vertige. Elle présentera sa toute première création, une comédie musicale intitulée Le Cabaret Fantasme, samedi, à la salle théâtre La Scène dès 20 h.

publicité

Il y a deux ans, l’idée de monter une nouvelle chorale est venue à l’esprit de Josée Desmarais, David Girouard et Martin Montebourg alors qu’ils s’étaient engagés dans la rédaction d’une comédie musicale. Emballés à l’idée d’entreprendre de nouveaux projets, ils n’ont pas hésité à fonder une chorale qui, pour le plaisir, toucherait au théâtre, au chant et à la danse. Ayant plusieurs amis issus du milieu artistique, les trois instigateurs ont vite trouvé 10 choristes pour se joindre à eux.

« On voulait des gens prêts à embarquer dans l’aventure, mais tout en restant amateurs. Parce que l’on veut que la chorale reste près des gens et qu’elle soit accessible à tous. Le but, c’est de s’amuser », relate Josée Desmarais.Mais ce n’est pas parce que ce rassemblement est un brin amateur qu’il n’y a pas une volonté de professionnalisme. Effectivement, les instigateurs de la troupe ont su bien s’entourer pour mettre sur pied leur création. Magalie Bélanger, professeure de chant à l’école Avant Scène, dirige la troupe alors que Gabriel Laprade, également professeur à l’Avant Scène, assume la direction musicale, et Chantale Morasse, chorégraphe, dirige les chorégraphies de la pièce.Et les costumes et les coiffures ne sont pas pour autant négligés. L’histoire se situant à l’époque des cabarets burlesques, la chorale a fait appel à Martine Pellerin, de la boutique Costume Imagin ERE, pour le choix des costumes. Elle bénéficie de l’aide de six étudiantes en coiffure à l’École Professionnelle de Saint-Hyacinthe pour les coiffures typiquement burlesques.

Burlesque et intrigue au programme

L’histoire se déroule au Cabaret Fantasme et un meurtre survient au cours de la soirée. La comédie musicale prend vite les allures d’une soirée Meurtre et mystère, alliant à la fois des chansons issues du répertoire populaire, mais dont les paroles ont été remaniées pour la pièce.

« Nous interprétons une quinzaine de chansons connues du public, comme du Marie-Mai et du Michael Buble, mais à saveur burlesque. On fait aussi un medley avec des pièces d’artistes comme, par exemple, Jacques Brel, Bïa et Ginette Reno », indique Mme Desmarais.Ainsi, pendant 1 h 30, treize choristes danseront et chanteront sur scène. « Le but n’est pas d’être cute sur scène. Au niveau historique, le burlesque a été inventé pour narguer le théâtre, alors que ce dernier était réservé à la haute société. On joue donc de façon très théâtrale, mais dans le fond on est un peu vulgaire et on se moque du théâtre », conclut-elle.

image