24 décembre 2020
Une crèche familiale devenue un village!
Par: Véronique Lemonde

Daniel LeBlond dépose un mouton près de la crèche familiale.

Nouvellement Maskoutain, Daniel LeBlond, jésuite et artiste peintre, a à peine pris le temps d’aménager sa demeure qu’il avait déjà plongé les mains dans ses boîtes contenant quelque cent pièces de personnages et crèches de Noël. C’est que l’installation de ses crèches en un magnifique petit village étagé prend pratiquement une semaine chaque mois de novembre!

Publicité
Activer le son

Parfaitement installé dans son sous-sol, dans le coin de la grande chambre d’amis, ce féérique et apaisant village regorge de surprises et de petits trésors. Les pièces viennent de Chine, de Bretagne, d’Haïti, d’Israël, de Beauce, de Bolivie et de plusieurs autres endroits puisque Daniel LeBlond a fait plusieurs voyages. Les pièces sont en argile, en céramique, en bois d’olivier, en pierre de savon, il s’agit de santons de Charlevoix et de Provence, mais surtout, il s’agit toujours de pièces qui ont chacune leur histoire pour M. LeBlond.

« Tout a débuté lorsque j’étais jeune avec la crèche de ma mère, c’est d’ailleurs la crèche centrale de mon aménagement. Ma mère faisait cela de manière grandiose chaque année, indique celui qui est natif de Lévis, mais qui a aussi vécu longtemps à Montréal. Certaines des pièces les plus anciennes de ma collection datent de la grande Crise des années 30. Aussi, certaines ont été sculptées par des oncles qui travaillaient le bois. »

Par la suite, M. LeBlond a récupéré la crèche de sa mère et a commencé à accumuler d’autres personnages et maisonnettes au fil de ses voyages et rencontres. « Dans plusieurs cas, il s’agit de cadeaux. Les gens se sont mis à m’en envoyer par la poste de plusieurs endroits dans le monde. J’ai de l’art inuit, un magnifique ange arménien en bois, des pièces uniques faites par des amis artistes. Pour moi, cela symbolise la diversité et cela me permet de penser à toutes ces personnes et ces communautés que j’ai rencontrées au fil de ma vie », souligne celui qui est responsable des Jésuites de la communauté montréalaise.

Pour le futur, M. LeBlond aimerait bien réaliser un inventaire de ses pièces pour que cette magnifique collection lui survive. « On a fini par m’associer à ma crèche. Chaque année, on me demande : as-tu commencé ta crèche? Auparavant, j’ouvrais mon atelier à la fête des Rois en janvier pour que les gens viennent admirer mes crèches, ce qui n’est malheureusement pas possible cette année. Malgré cela, j’ai décidé de monter ma crèche tout de même, c’est un endroit paisible où je peux venir me recueillir et me rappeler de ma mère aussi », conclut l’artiste qui a également une collection de quelque 120 pères Noël de toute sorte. La magie de Noël l’habite, sans aucun doute!

image