28 mai 2020
Avec 14 joueurs recrutés au niveau collégial
Une cuvée record pour les Patriotes
Par: Maxime Prévost Durand

Thomas Chapdelaine | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Alexandre Benoit | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Alexis Pion | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Marc-Antoine Girard | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Étienne Lambert | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Makaryou Nassef Beshara | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

William Perron | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Nathan Pratte | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Grégory St-Amand | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Félix Beauchamp | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Chad Ranger | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Loïc Beauregard | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Thomas Desrosiers | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Étienne Cordeau | Parmi les 16 finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph, 14 joindront les rangs d’une équipe collégial cet automne, un record pour le programme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Pas moins de 14 des 16 joueurs-finissants de l’équipe de football juvénile des Patriotes de l’École secondaire Saint-Joseph joindront les rangs d’une équipe collégiale cet automne. Du jamais vu pour le programme de football de cette école privée.

Publicité
Activer le son

« C’est un record, souligne avec fierté le responsable du football à l’ÉSSJ, Marco Arpin, également entraîneur-chef de la formation juvénile. Habituellement, on a cinq ou six gars qui sont recrutés quand on parle d’une bonne année. »

Du lot, deux d’entre eux feront le saut en division 1, sept intégreront une équipe de division 2 et cinq joueront en division 3 (voir tableau).

« On travaille beaucoup à développer nos joueurs pour qu’ils deviennent des étudiants-athlètes prêts à continuer au cégep, poursuit M. Arpin. On essaie d’avoir des contacts avec différentes équipes pour qu’ils puissent jouer à un endroit qui va leur convenir. Le but est de leur donner le plus de choix possible. »

Cette cuvée record survient après une saison couronnée de succès, comme on n’en avait pas vu depuis un moment à l’ÉSSJ. Les Patriotes avaient fait leur chemin jusqu’à la demi-finale de la division 3 du RSEQ Montérégie, la plus élevée au niveau juvénile dans la région, il y a quelques mois. En saison, ils avaient terminé au 4e rang du classement.

« Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu une saison avec une fiche positive [chez les juvéniles], mentionne Marco Arpin. On avait un très bon noyau de joueurs. Ce sont des gars avec qui j’ai travaillé pendant quatre années. »

Le directeur des services aux élèves, Patrick Hébert, se dit quant à lui « très heureux » de constater cette réussite pour les étudiants-athlètes. Ces joueurs faisaient partie de tout l’éventail de programmes scolaires proposés à l’ÉSSJ, fait-il remarquer. En plus d’élèves ayant complété le programme régulier et le programme d’études internationales, deux sont passés par le programme d’enseignement personnalisé, qui permet aux élèves avec plus de difficultés de faire leur secondaire 1 et 2 en trois ans avant de poursuivre leur cheminement.

« Ça démontre leur niveau de persévérance. C’est une belle preuve que le sport raccroche beaucoup de nos jeunes », se réjouit M. Hébert.

Chacun ses objectifs

Pour chaque joueur, la vision d’une carrière collégiale est différente. Chacun est porté par ses propres objectifs. Il y en a pour qui les ambitions sont principalement sportives, tandis que d’autres souhaitent d’abord et avant tout amalgamer le sport et le programme d’études qu’ils convoitaient.

« J’ai choisi les Lauréats pour mes études à la base, mentionne Alexis Pion, le seul du groupe qui poursuivra ses études au Cégep de Saint-Hyacinthe. Je voulais faire l’École de théâtre. J’ai fait les auditions et ça n’a pas marché finalement, mais je me suis tout de même inscrit dans le programme d’option théâtrale. »

De son côté, Grégory St-Amand a arrêté son choix sur les Lynx du Cégep d’Édouard-Montpetit d’une part parce que le programme lui convenait, mais surtout pour y rejoindre son frère aîné, Édouard, qui s’aligne déjà avec la formation longueuilloise.

« Ça va être la première fois qu’on pourra jouer ensemble, s’exclame-t-il. C’est sûr que je voulais vivre ça. Mais il a été très transparent avec moi. On va jouer seulement une saison ensemble [comme ce sera sa dernière], alors il ne voulait pas que je regrette mon choix si le programme ne me convenait pas. »

Pour d’autres, le saut au collégial se fera en compagnie de coéquipiers des Patriotes, comme c’est le cas pour Étienne Lambert, Marc-Antoine Girard et Makaryou Nassef Beshara. Le trio prendra la direction de Sherbrooke pour jouer avec les Volontaires après être tombé sous le charme du cégep lors d’une visite il y a quelques mois.

« On s’en va en appart ensemble, soutient Étienne, un joueur-clé de l’offensive des Patriotes l’automne dernier. Arriver dans une nouvelle ville peut être intimidant, mais le fait de le vivre ensemble, ça va être le fun. »

Franchir une grande étape, en plein inconnu

Tous ces joueurs s’apprêtent à franchir une grande étape alors qu’on continue de nager en plein inconnu. On ignore toujours s’il y aura une saison cet automne. Les joueurs rencontrés semblaient néanmoins composer plutôt bien avec cette réalité.

« Ça ne change pas vraiment [du processus habituel], on continue de s’entraîner [chacun chez soi] comme s’il allait y avoir une saison, indique Alexandre Benoit, qui s’alignera avec les Cougars du Collège Champlain Lennoxville en division 1. Avec l’équipe, on a des meetings virtuels chaque semaine. »

Thomas Chapdelaine, qui défendra lui aussi les couleurs des Cougars, aborde même cette réalité avec positivisme. « Je le vois comme une opportunité de pouvoir s’entraîner plus, vu qu’on a plus de temps en ce moment », affirme-t-il.

Tous se croisent les doigts pour que le football puisse reprendre cet automne, mais certains l’espèrent plus que d’autres. « Je trouverais ça plate si on ne pouvait pas jouer. Je vais à Victoriaville juste pour le football », soutient Thomas Desrosiers, l’un des trois joueurs des Patriotes à avoir joint l’équipe des Vulkins.

image