19 juillet 2012
Usine Olymel de Sainte-Rosalie
Une étude plutôt qu’un mur
Par: Le Courrier

La société Olymel a décidé de surseoir à la construction d’un mur antibruit de 27 pieds de hauteur derrière son usine de transformation de volaille du boulevard Laurier Est, dans le secteur Sainte-Rosalie (district Laurier).

Ce projet ne fait plus nécessairement partie de la solution qui sera mise de l’avant pour régler le problème du bruit qui émane de l’usine et dont se plaignent des résidants de la rue Jolibois, laquelle longe l’arrière de l’usine de Sainte-Rosalie.

C’est d’ailleurs à la suite de discussions avec des représentants des propriétaires incommodés par le bruit qu’Olymel a décidé de mettre en veilleuse le projet de mur. « Nous avons rencontré les citoyens avec le conseiller municipal du district (Sylvain Savoie) il y a environ un mois et demi et nous avons convenu de commander une étude sur les sources de bruit. L’étude a commencé il y a trois semaines et nous sommes en attente des résultats. On va nous présenter une évaluation et nous proposer des mesures de correction. On va peut-être trouver d’autres solutions », a indiqué le porte-parole d’Olymel, Richard Vigneault.La réalisation d’une étude sur le bruit répond à un souhait formulé au début d’avril par des propriétaires de la rue Jolibois qui avaient plutôt mal accueilli le projet de l’entreprise d’ériger un mur antibruit du côté de la rue Jolibois. Selon eux, il vaudrait beaucoup mieux que les équipements de l’imposante usine Olymel/Flamingo soient munis de silencieux.Installée sur le site d’un ancien supermarché depuis plus de 20 ans, l’usine compte aujourd’hui plus de 450 employés et fonctionne jour et nuit. C’est grâce à ses droits acquis qu’elle a pu prendre de l’expansion au fil des ans, car l’emplacement qu’elle occupe ne se trouve pas en zone industrielle. La Ville de Saint-Hyacinthe aurait pu remédier à la situation en 2010 dans le cadre de la révision du plan et des règlements d’urbanisme, mais elle n’en a rien fait.À la place, elle a plutôt adopté pour ce secteur un « Plan d’aménagement d’ensemble » (PAE) qui prévoit, à long terme, la disparition de l’usine. « L’usine sur le site devra être démolie au complet et la qualité des sols analysée afin que le terrain soit apte à recevoir des usages de nature résidentielle. Le présent plan d’aménagement d’ensemble vise à orienter le redéveloppement de ce site de façon harmonieuse, tout en tenant compte des constructions et usages existants autour du site visé », lit-on dans le PAE.Le porte-parole d’Olymel ignorait l’existence d’un tel plan à la Ville de Saint-Hyacinthe. « C’est peut-être un plan à très long terme. On ne commentera pas pour le moment. On va voir ce que ça implique », a laissé tomber Richard Vigneault.

image