22 octobre 2015
Hôtel des Seigneurs
Une fin de démolition spectaculaire
Par: Jean-Luc Lorry
Une fin de démolition spectaculaire

Une fin de démolition spectaculaire

Une pelle mécanique hydraulique disposant d’un bras pouvant se déployer sur une hauteur de plus de 53 mètres est nécessaire pour démolir la tour de treize étages de l’Hôtel des Seigneurs. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Une pelle mécanique hydraulique disposant d’un bras pouvant se déployer sur une hauteur de plus de 53 mètres est nécessaire pour démolir la tour de treize étages de l’Hôtel des Seigneurs. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Mardi, le sol s’est affaissé sous le poids de cette imposante machinerie.

Mardi, le sol s’est affaissé sous le poids de cette imposante machinerie.

Depuis quelques jours, une impressionnante pelle mécanique s’attaque au ­sommet de la tour de treize étages de

Publicité
Activer le son

Un bras hydraulique pouvant se déployer jusqu’à une hauteur de plus de 53 mètres est utilisé pour démolir la partie ­supérieure de cet édifice de 42 mètres.

« La pelle hydraulique que nous ­utilisons est la seule du genre au Québec. C’est la méthode idéale pour un édifice de cette taille », indique en ­entrevue au COURRIER, Sandro Domenicano, ingénieur et chargé de projet chez Excavation René Saint-Pierre à ­Sherbrooke.

Pour demeurer en équilibre lorsque son bras est déployé dans les airs, une charge fixée à l’arrière de la pelle mécanique ­hydraulique fait contrepoids. Cette ­excavatrice spécialisée dans les travaux ­aériens est aussi équipée de larges chenilles.« Sur le plan de l’ingénierie, tout est ­pensé pour que l’engin ne soit pas ­déséquilibré lorsqu’il est en marche », précise M. Domenicano.L’opérateur doit positionner son­ ­excavatrice à une distance d’environ 18 mètres de la base du bâtiment en cours de démolition afin d’éviter une possible chute de gravats. Des excavatrices de taille habituelle ­termineront le travail de démolition de cette tour construite en 1988.

« Sur le plan de l’ingénierie, tout est ­pensé pour que l’engin ne soit pas ­déséquilibré lorsqu’il est en marche », précise M. Domenicano.

L’opérateur doit positionner son­ ­excavatrice à une distance d’environ 18 mètres de la base du bâtiment en cours de démolition afin d’éviter une possible chute de gravats.

Des excavatrices de taille habituelle ­termineront le travail de démolition de cette tour construite en 1988.

Par la suite, l’armature d’acier sera retirée du béton pour être fondue. Quant à la montagne de béton récupérée, elle sera recyclée. Fin octobre, cet édifice qui était visible de l’autoroute Jean-Lesage aura complètement disparu du paysage maskoutain.Avant d’être utilisée sur le chantier de démolition de l’Hôtel des Seigneurs, cette pelle hydraulique avait été requise pour démanteler l’ancienne centrale ­thermique de Sorel-Tracy.

Fin octobre, cet édifice qui était visible de l’autoroute Jean-Lesage aura complètement disparu du paysage maskoutain.

Avant d’être utilisée sur le chantier de démolition de l’Hôtel des Seigneurs, cette pelle hydraulique avait été requise pour démanteler l’ancienne centrale ­thermique de Sorel-Tracy.

Dynamitage?

Cette façon de procéder, qui a fait ses preuves sur des chantiers similaires, fût au départ privilégiée par rapport à celle du dynamitage.

« Le dynamitage se fait rarement au Québec. Utiliser une pelle hydraulique est plus sécuritaire et moins compliqué que dynamiter un édifice », justifie M. Domenicano. Dans le cas de l’Hôtel des Seigneurs, cet ingénieur précise qu’en cas de dynamitage, il aurait fallu arrêter temporairement la ­circulation sur l’autoroute 20 et tenir compte de la présence de lignes électrifiées.

Dans le cas de l’Hôtel des Seigneurs, cet ingénieur précise qu’en cas de dynamitage, il aurait fallu arrêter temporairement la ­circulation sur l’autoroute 20 et tenir compte de la présence de lignes électrifiées.

Affaissement

Malgré la fiabilité de cet équipement, un ­affaissement du sol sous le poids de la pelle mécanique a déséquilibré l’imposante­ ­machinerie mardi matin.

« Un côté de la pelle mécanique s’est enfoncé dans le sol. La pelle ne s’est pas renversée. Elle n’était pas instable », indique Héloise Bernier-Leduc, porte-parole à la CSST pour la région de Saint-Hyacinthe.

L’organisme gouvernemental ne rapporte aucun blessé sur le chantier de démolition.

« L’employeur fera l’inspection de la pelle mécanique et reprendra le travail », précise Mme Bernier-Leduc.

M. Domenicano ne nous a pas rappelés après cet incident.

En avril 2014, l’Hôtel des Seigneurs avait été acquis par la famille Bibeau par le biais d’une entreprise à numéros pour la somme de 8,2 M$.

L’été dernier, le propriétaire avait commencé la démolition de la partie de l’hôtel qui datait de 1974 et qui regroupait ­l’ancienne réception, la piscine intérieure et le restaurant Les Quatre Saisons. La démolition de la tour de treize étages et de son centre de congrès d’une superficie de 100 000 pieds carrés avait commencé en avril.Cet important chantier devrait se terminer mi-novembre.

Cet important chantier devrait se terminer mi-novembre.

Selon nos informations, le projet qui devrait voir le jour sur le terrain de l’ancien Hôtel des Seigneurs demeure l’aménagement ­d’espaces à bureaux et commerciaux.

image