7 mars 2013
Une heureuse solution, croit David Bousquet
Par: Le Courrier
Ancien du collège Antoine-Girouard, le conseiller municipal David Bousquet est aussi commissaire à la CSSH.

Ancien du collège Antoine-Girouard, le conseiller municipal David Bousquet est aussi commissaire à la CSSH.

La transformation du collège Antoine-Girouard (CAG) en une école publique administrée par la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe vaut certainement mieux qu’une fermeture pure et simple de l’établissement, estime David Bousquet, un ancien du collège qui siège aujourd’hui tant au conseil municipal qu’à la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH).

Publicité
Activer le son

« Ce que j’aurais trouvé le plus dommage, c’est de voir le collège disparaître complètement. Que la Commission scolaire puisse prendre la relève, je trouve ça très intéressant, surtout si ça permet aux enseignants de poursuivre leur carrière dans ce qu’ils aiment, et il y a toujours eu d’excellents enseignants à Antoine-Giroutard. Je pense entre autres à Jean Beauregard, en sciences, à Simon Desautels, au sport-études, à Richard Gervais, en français, qui m’ont tous enseigné et qui sont encore là, je crois », a commenté David Bousquet.

Il se réjouit aussi du fait que la CSSH pourra profiter des cinq plateaux sportifs du CAG, dont les trois gymnases presque neufs du pavillon Léo-Sansoucy. Selon lui, ces installations pourraient éventuellement combler les besoins de l’école secondaire Fadette, laquelle est dépourvue de gymnase. « Pour la commission scolaire, c’est une acquisition d’espace qui pourrait régler des problèmes à long terme. Il y a pas mal de place à Antoine-Girouard : le collège a une capacité de 800 élèves. Mais tout ça est sujet à un paquet d’approbations », rappelle prudemment David Bousquet. Il a souligné que les discussions se poursuivaient entre la Commission scolaire et le cabinet de la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Marie Malavoy, au sujet de la prise en charge du collège privé.Le CAG accueille cette année 563 élèves, mais seulement 134 d’entre aux habitent sur le territoire de la CSSH. Selon l’évaluation de M. Bousquet, l’institution scolaire occupe un peu moins de la moitié des bâtiments qui furent d’abord ceux du Séminaire de Saint-Hyacinthe, une institution d’enseignement fondée en 1811 qui existe toujours en tant que corporation religieuse. Outre le CAG, on trouve au Séminaire des résidences de prêtres retraités et de laïcs, une infirmerie, une bibliothèque, une chapelle, le centre d’archives et de généalogie de la Société d’histoire de Saint-Hyacinthe, des aires d’entreposage de biens patrimoniaux, les locaux d’organismes communautaires et même ceux d’une école primaire privée, La Petite Académie. « Le Séminaire est un complexe qui compte une multitude de locataires », résume David Bousquet.Il a expliqué que le sort du collège Antoine-Girouard le préoccupait d’autant plus qu’il est membre du comité stratégique sur l’avenir du Séminaire de Saint-Hyacinthe et qu’il siège aussi à la Commission du patrimoine maskoutain à titre de président.Mais au conseil municipal dit-il, l’état de santé du collège Antoine-Girouard n’a jamais fait l’objet de discussions, et cela même si le CAG possède de beaux gymnases qui auraient pu intéresser la Ville, étant donné ses besoins en plateaux sportifs.

image