14 mars 2013
Un Argentin à la tête de l'Église
Une heureuse surprise pour Mgr Lapierre
Par: Jean-Luc Lorry
Le nouveau pape François 1<sup>er</sup> salue la foule du balcon de la Basilique Saint-Pierre à Rome.

Le nouveau pape François 1er salue la foule du balcon de la Basilique Saint-Pierre à Rome.

L’évêque du diocèse de Saint-Hyacinthe, Mgr François Lapierre qualifie d’« heureuse surprise », l’élection du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio comme nouveau souverain pontife.

Publicité
Activer le son

Le futur chef spirituel de l’Église catholique rompt avec la tradition Romaine en prenant le nom de François 1er.

« Avoir choisi le nom de Francois représente un nouveau départ qui se dessine pour notre Église. Je pense que le cardinal Bergoglio s’est référé à François d’Assise, le plus connu des saints ou de François Xavier, un illustre missionnaire jésuite. C’est mon prénom, mais comme on dit je ne le prends pas personnel », a indiqué avec une dose d’humour Mgr Lapierre en entrevue téléphonique au COURRIER. Celui-ci participe à une rencontre avec les évêques du Québec au Cap-de-la-Madeleine.Le cardinal Bergoglio âgé de 76 ans est archevêque de Buenos Aires depuis 1998. « Son âge est surprenant. Son élection signifie peut-être que les cardinaux plus jeunes n’étaient pas encore prêts à occuper la fonction de pape », estime Mgr Lapierre.Aucun des « papabiles » annoncés ces derniers jours n’est sorti vainqueur de cette course au fauteuil pontifical. « Un dicton dit lorsque l’on entre pape au conclave on en ressort cardinal », mentionne l’évêque de Saint-Hyacinthe. Lors du conclave d’avril 2005, le cardinal Bergoglio aurait été le second choix des cardinaux derrière Joseph Ratzinger qui devînt le pape Benoit XVI. Rappelons que ce dernier a quitté ses fonctions le 28 février en invoquant des problèmes de santé. Les cloches de la cathédrale de Saint-Hyacinthe ont sonné hier mercredi à 15 h 25 pour souligner l’élection du 266e souverain pontife. L’Église sera dirigée pour la première fois de son histoire par un ecclésiastique originaire d’Amérique du Sud.« Je connais le cardinal Bergoglio pour l’avoir rencontré deux fois à Rome. À première vue, c’est un jésuite qui apparaît comme assez austère. En réalité, c’est un homme qui fut très proche des pauvres de Buenos Aires », indique Mgr Lapierre.« L’Amérique latine se réjouit de cette élection. Le plus grand nombre de catholiques est situé dans cette région du monde », poursuit-il. Le nouveau pape a été élu après seulement deux jours de conclave et cinq tours de scrutin.

image