14 novembre 2013
Une idée de musée pour le Séminaire
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

D’abord je voudrais féliciter les personnes suivantes : les professeurs, les ex-professeurs, les élèves, les ex-élèves, les parents d’élèves et les gens d’affaires qui ont mis ensemble leur énergie, leur imagination, ainsi que leur temps pour essayer de sauver leur école, le collège Antoine Girouard, d’une fermeture permanente.

J’espère de tout coeur qu’ils réussiront leur projet de coopérative. Mais advenant que leur projet de coopérative qui est en sorte un plan de sauvetage pour le CAG ne réussisse pas, qu’adviendra-t-il de ce vaste et vide bâtiment sans âme? Est-ce qu’il sera laissé en désuétude, aux intempéries et au gré des vents? Est-ce qu’il tombera sous le pic des démolisseurs? Ou bien est-ce qu’on le vendra à un riche promoteur immobilier qui s’empressera d’en faire ses choux gras, en transformant ce bâtiment en condos de luxe. Je crois qu’en optant pour une ou l’autre de ces options, ce serait un sacrilège envers le fondateur du CAG et un blasphème envers son oeuvre. Son oeuvre d’enseignement, d’instruction, de formation et d’éducation auprès de nos jeunes. Alors il m’est venu une idée pour récupérer cet énorme édifice. En faire un musée qui serait le reflet de notre ville, de notre région. Ce musée pourrait être composé de différentes sections. Par exemple, une section pourrait être consacrée à l’agriculture et à son évolution à travers les âges. Une autre section nous démontrerait les différentes usines que possédait notre ville pour la transformation des aliments. Une autre nous ferait voir le côté industriel de Saint-Hyacinthe, comme le textile. Il pourrait y avoir une section qui nous parlerait des différents ordres religieux qui ont existé et qui existent encore à Saint-Hyacinthe. Une autre pourrait être dédiée à la Faculté de Médecine vétérinaire. Il pourrait aussi y avoir une section qui donnerait un côté international à ce musée en exposant des tableaux de grands maîtres comme Picasso, Renoir, Gauguin, Lautrec et j’en passe. Certains diront que c’est une idée farfelue, d’autres diront que c’est une idée irréalisable. Moi, je dirais que c’est une idée qui pourrait créer des emplois permanents. Une idée qui pourrait attirer des touristes dans notre ville. Surtout, si nous avons un train de banlieue qui vient un jour jusqu’à Saint-Hyacinthe. Une idée qui serait un projet rassembleur pour les Maskoutains. Une idée qui demande réflexion et que l’on en débatte. Une idée qui devrait faire l’objet d’un enjeu électoral pour les futurs candidats à la mairie de Saint-Hyacinthe lors des élections municipales au mois de novembre. Parce que toutes ces personnes qui sont associées de près ou de loin au projet de faire une coopérative du CAG, font plus que d’empêcher la fermeture d’une école. Ils essaient de sauver un héritage. Un patrimoine que les Maskoutains ont perpétué durant 200 ans. Comme communauté, les Maskoutains ont un devoir de mémoire envers notre ancêtre, messire Antoine Girouard. C’est pourquoi l’idée d’un musée continuerait d’honorer son nom et son oeuvre. Mais enfin, ce n’est qu’une idée.

Paul LarocqueSaint-Hyacinthe

image