9 novembre 2017
Damien Robitaille au Centre des arts
Une invitation à découvir ses univers (parallèles)
Par: Olivier Dénommée
Un virage est-il un jour envisageable pour Damien Robitaille, qui a entrepris sa carrière en anglais et qui possède une formation de musicien classique? « On ne sait jamais ce que le futur nous réserve », se contente-t-il de dire avant d’affirmer qu’il sent qu’il a davantage à apporter à la culture francophone québécoise.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Un virage est-il un jour envisageable pour Damien Robitaille, qui a entrepris sa carrière en anglais et qui possède une formation de musicien classique? « On ne sait jamais ce que le futur nous réserve », se contente-t-il de dire avant d’affirmer qu’il sent qu’il a davantage à apporter à la culture francophone québécoise. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La relation du Franco-Ontarien Damien Robitaille et de Saint-Hyacinthe ne date pas d’hier : celui qui a présenté sa musique chez nous à plusieurs reprises se souvient d’avoir vu un de ses tout premiers spectacles au Québec dans cette ville, en plus d’avoir fait appel au Maskoutain Jean-François Lemieux pour réaliser ses premiers albums. Il revient le 11 novembre pour faire découvrir ses dernières compositions issues d’Univers parallèles.

Publicité
Activer le son

Cinq longues années ont séparé cette sortie du précédent album, mais Damien Robitaille n’a rien changé de son approche face à la musique. « Je fais toujours ce que j’ai envie de faire, de jouer la musique qui m’allume. Je tâche de rester intègre dans mon art et de continuer à découvrir de nouvelles musiques », affirme l’auteur-compositeur-interprète réputé pour son humour, tant sur scène que dans ses chansons.
Parlant de scène, Damien Robitaille précise être entouré de quatre musiciens lors de son passage à Saint-Hyacinthe, afin de bien rendre justice à Univers parallèles et aux chansons populaires tirées de ses précédents albums. « On me demande tout le temps de jouer “Mot de passe” (tiré de l’album Homme autonome, 2009), mais heureusement, on ne me demande pas que celle-là! C’est bon signe que les gens connaissent quelques-unes de mes chansons », se réjouit le musicien qui n’écrit jamais de chansons avec l’idée qu’elles passeront à la radio.
Damien Robitaille espère revoir beaucoup de fans maskoutains le samedi 11 novembre, mais les invite aussi à amener avec eux une personne qui ne le connaît pas encore. « Propagez la bonne nouvelle! », demande-t-il. Sa performance à l’Espace Rona du Centre des arts Juliette-Lassonde est prévue à 20 h 30.

image