8 décembre 2016
Mère Catherine-Aurélie Caouette nommée Vénérable
Une joie immense pour les Adoratrices du Précieux-Sang
Par: Véronique Lemonde
La supérieure générale des Adoratrices du Précieux-Sang, Sr Micheline Proulx, et la responsable du patrimoine pour la communauté, Sr Jeannette Héon, posent devant le tombeau de leur mère fondatrice, la Vénérable Sr Catherine-Aurélie Caouette, morte en 1905.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La supérieure générale des Adoratrices du Précieux-Sang, Sr Micheline Proulx, et la responsable du patrimoine pour la communauté, Sr Jeannette Héon, posent devant le tombeau de leur mère fondatrice, la Vénérable Sr Catherine-Aurélie Caouette, morte en 1905. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Parmi plusieurs décrets approuvés par le pape François, le 1er décembre, une grande joie attendait les Sœurs Adoratrices du Précieux-Sang de Saint-Hyacinthe. Le Saint-Père autorise en effet la Congrégation pour la cause des saints à reconnaître les vertus héroïques de huit personnalités religieuses mondiales, dont la fondatrice de la communauté contemplative maskoutaine, Mère Catherine-Aurélie Caouette.

Pourtant, cette grande nouvelle n’a rien d’étonnant pour la communauté qui attendait déjà ce décret depuis près d’un an, alors que des théologiens et historiens œuvrant pour la cause des saints avaient déjà donné leur aval pour cette reconnaissance de la religieuse maskoutaine née en 1833. « La nouvelle officielle devait arriver avant Noël et là, nous sommes remplies de joie », exprime la supérieure générale des Adoratrices du Précieux-Sang, Sr Micheline Proulx, en expliquant que les cardinaux membres de la Congrégation pour la cause des saints s’étaient rencontrés il y a près d’un mois pour officialiser cette décision.

« Dans le cadre de ce décret, c’est l’héroïcité des vertus de Sr Catherine-Aurélie Caouette qui est reconnue. Dans son cas, nous pouvons parler de la manière extraordinaire dont elle pratiqua la charité, le courage et la persévérance. Son projet de fonder une communauté contemplative était en lui-même très difficile et rencontra des obstacles à l’époque. Mais elle a toujours réagi de manière impressionnante et elle est allée de l’avant. C’est une nouvelle très heureuse et je me réjouis pour toutes les Adoratrices », a commenté l’évêque du diocèse Mgr François Lapierre.

Sur le chemin de la sainteté

La cause de béatification de Mère Catherine-Aurélie Caouette fut ouverte à Rome en 1984. Mais le chemin vers la sainteté est souvent bien long dans les dédales administratifs du Vatican. « Nous avons participé à une enquête diocésaine à son sujet dans les années 2000 où sa vie fut étudiée, ses actions et vertus. Dans son cas, nous parlons de vertus pratiquées de son vivant, au-delà de la normale. Mère Catherine-Aurélie a toujours su accepter son sort avec humilité et abandon, et a su prendre sur elle les responsabilités qui lui ont incombé. Elle insista toujours sur la simplicité de sa vie, sans jamais mettre de l’avant les aspects mystiques de celle-ci », explique Sr Jeannette Héon qui suit la cause de la fondatrice depuis plus de 15 ans.

Pour être béatifié, la seconde étape, et la dernière avant la sainteté, un miracle doit être attribué à la personnalité vénérable, le tout devant être étudié minutieusement et authentifié par la Congrégation pour la cause des saints. « Un miracle est déjà à l’étude pour ce qui est de notre fondatrice, donc en étant maintenant vénérable, sa cause pourrait avancer plus rapidement, qui sait! », ajoute Sr Héon.

Rayonnement maskoutain

Mgr François Lapierre se réjouit tout particulièrement de compter plusieurs personnalités religieuses reconnues par le Saint-Siège sur le territoire du diocèse que ce soit le Frère André, né à Mont-Saint-Grégoire, Sr Élisabeth Bergeron, tous deux vénérables, et le quatrième évêque de Saint-Hyacinthe, le bienheureux Mgr Louis-Zéphirin Moreau. « Tout ceci, avec la nouvelle vénérabilité de Sr Catherine-Aurélie Caouette, nous montre que quelqu’un d’ici peut prendre le chemin de la sainteté et offrir un rayonnement plus large à notre diocèse et à sa communauté. »

« Nos sœurs ontariennes qui ont leur propre généralat recrutent toujours de nouvelles religieuses, souvent issues de l’Asie. Leur mission est toujours dynamique et inspire la confiance. Cette nouvelle va sûrement les réjouir. Pour notre part, des gens de partout nous contactent pour prier Sr Catherine-Aurélie, lui font confiance et nous offrent leurs intentions de prières. Notre vie de prière est toujours animée de cet esprit missionnaire et d’entraide », précise Sr Héon.

Sœur Catherine-Aurélie Caouette a fondé les Adoratrices du Précieux-Sang en 1861, en plus de plusieurs autres monastères au Québec, en Ontario et aux États-Unis, tous voués à la prière et à la contemplation. Elle est morte à Saint-Hyacinthe le 6 juillet 1905.

image