19 novembre 2015
Une Maskoutaine dans l’équipe
Une médaille d’argent pour la voiture solaire Esteban VII
Par: Jennifer Blanchette | Initiative de journalisme local | Le Courrier
La Maskoutaine Amanda Hébert, à l’avant, et ses coéquipiers ont décroché la 2e position à la course de voitures solaires Formula Sun Grand Prix, au Texas. Photo courtoisie

La Maskoutaine Amanda Hébert, à l’avant, et ses coéquipiers ont décroché la 2e position à la course de voitures solaires Formula Sun Grand Prix, au Texas. Photo courtoisie

La voiture solaire Esteban VII, conçue par l’étudiante maskoutaine Amanda Hébert et ses collègues de l’école Polytechnique, a décroché la 2

Publicité
Activer le son

C’est la première fois que l’école de génie montréalaise grimpe sur la seconde marche du podium, ses étudiants ayant construit sept prototypes de la ­voiture solaire Esteban depuis 1998.

« Durant les trois dernières heures de la compétition, l’équipe était très stressée et excitée. Nous étions 2e, mais au moindre pépin, nous perdions notre avance. Nous étions tous très ­heureux du résultat à la fin! L’équipe est encore plus soudée et motivée à ­travailler sur le prochain prototype pour bien performer de nouveau », a expliqué Amanda Hébert, étudiante en génie physique et originaire de Saint-Hyacinthe. Le FSGP, qui avait lieu à Austin au Texas du 26 au 31 juillet, est une course de ­voitures solaires dont l’objectif consiste à cumuler le plus de tours de piste ­possible en trois jours. Les élèves de Polytechnique ont réussi à en inscrire 192 au compteur, soit 31 de moins que les grands champions, I’université D’Iowa. Quinze équipes prenaient part à la compétition cette année. Composée de fibre de carbone, Esteban VII comprend 6 m

Le FSGP, qui avait lieu à Austin au Texas du 26 au 31 juillet, est une course de ­voitures solaires dont l’objectif consiste à cumuler le plus de tours de piste ­possible en trois jours.

Les élèves de Polytechnique ont réussi à en inscrire 192 au compteur, soit 31 de moins que les grands champions, I’université D’Iowa. Quinze équipes prenaient part à la compétition cette année.

Composée de fibre de carbone, Esteban VII comprend 6 m2 de panneaux solaires et peut atteindre une vitesse de pointe de 115 km/h, a décrit l’ancienne étudiante du Collège Saint-Maurice. Le bolide peut rouler en autonomie sous les nuages ­durant trois heures à 70 km/h environ.« Le plus grand défi est de rendre les ­voitures solaires le plus près des voitures normales, mais c’est difficile en raison du coût très élevé des panneaux solaires », a indiqué Amanda, qui se passionne par les énergies renouvelables. Les étudiants de Montréal ont ­également décroché le prix du meilleur travail d’équipe.

« Le plus grand défi est de rendre les ­voitures solaires le plus près des voitures normales, mais c’est difficile en raison du coût très élevé des panneaux solaires », a indiqué Amanda, qui se passionne par les énergies renouvelables.

Les étudiants de Montréal ont ­également décroché le prix du meilleur travail d’équipe.

image