31 décembre 2020
Constats du carnet de santé commandé par la Ville
Une mise à niveau qui sera la bienvenue au Stade L.-P.-Gaucher
Par: Maxime Prévost Durand

Plusieurs aspects du Stade L.-P.-Gaucher devront faire l’objet de travaux à court ou moyen terme, dont la toiture, les vestiaires et le restaurant, révèle le carnet de santé réalisé pour dresser le portrait de l’état du vieil aréna de 1939. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Comme le laisse entrevoir le montant de 11,65 M$ inscrit au programme triennal d’immobilisations de la Ville de Saint-Hyacinthe, des travaux d’envergure sont à venir au Stade L.-P.-Gaucher dans les prochaines années. Le carnet de santé réalisé pour en déterminer l’ampleur démontre que cette mise à niveau se veut plus que nécessaire et sera assurément la bienvenue.

Publicité
Activer le son

Dans ce document dont LE COURRIER a obtenu copie, on constate qu’en plus de la toiture, dont la réfection sera réalisée en 2021, il faut prévoir à court terme l’installation d’un système de protection incendie comprenant des gicleurs pour pallier les manquements majeurs en matière de sécurité incendie. La Ville a également signifié son intention de refaire les bandes de la patinoire dans un avenir rapproché.

À moyen terme, le réaménagement des vestiaires et du restaurant – lequel déménagerait à l’étage supérieur où se trouve présentement le bar – fait aussi partie des travaux à réaliser, selon la firme Beaupré Michaud et Associés, Architectes, qui a été mandatée pour l’exercice du carnet de santé.

La restauration de la maçonnerie (remplacement de quelques briques endommagées et d’éléments de pierre notamment) doit être envisagée à plus long terme, est-il décrit dans le document.

Quant au système de réfrigération, la réparation et le simple entretien des installations existantes sont souhaitables en vue de conserver le système en place pour au moins cinq ans, voire dix ans.

Ces travaux anticipés sont ceux qui seront les plus visibles aux yeux des usagers du Stade L.-P.-Gaucher, mais plusieurs autres concernant l’électricité, la plomberie ou même le service de téléphonie figurent sur la longue liste énumérée dans le carnet de santé.

Un montant de 11 628 445,38 $ est inscrit à la fin du document à titre d’estimation pour l’ensemble des travaux. Ce chiffre correspond au montant prévu par la Ville à son programme triennal d’immobilisations, laissant croire à une intention de réaliser l’ensemble des travaux suggérés dans ce carnet de santé.

Comme cela avait été le cas avec le 1555 Marché public, une attention particulière à l’enjeu historique devra être accordée lors de futurs travaux afin de conserver avec le plus d’intégrité possible la valeur patrimoniale du vieil aréna, construit entre 1937 et 1939 selon les plans de l’architecte maskoutain René Richer, alors directeur des services municipaux de Saint-Hyacinthe.

Des fondations solides

Même si la structure du Stade L.-P.-Gaucher témoigne bien d’une autre époque, elle se révèle somme toute en bon état et repose sur des fondations solides.

Aucun mouvement n’a été remarqué au niveau des fondations sur pieux, où reposent les cadres d’acier de la structure principale, ont conclu les experts.

Seuls quelques ajustements nécessaires à la structure ont été soulevés dans le carnet de santé, particulièrement au niveau des toits secondaires où certaines faiblesses ont été observées. L’installation de renforts structuraux était fortement recommandée par l’ingénieur qui en a fait l’examen. On se souviendra qu’une partie d’un des toits secondaires avait cédé sous le poids de la neige l’hiver dernier, si bien que des travaux d’urgence avaient dû être réalisés.

Ce même ingénieur recommande par ailleurs « l’examen de la structure du volume principal » où certaines solives semblaient plus fragiles. Toutefois, il ne serait question que de travaux de réparation mineurs.

L’un des principaux aménagements qui n’auront pas à être touchés concerne les estrades. Aucune modification nécessaire n’a été soulevée, pas même un rafraîchissement des peintures rouge, jaune et bleue qui les colorent présentement. Le tableau indicateur existant sera aussi là pour rester puisque « la Ville considère qu’[il] répond aux exigences ».

Les accès aux loges (des « escaliers de meuniers ») devront toutefois être revus ou carrément condamnés, conclut le rapport, puisqu’ils ne « correspond[ent] pas aux exigences des codes dans un espace public ».

La mise à niveau du Stade L.-P.-Gaucher avait déjà débuté en 2019 en vue de la tenue du tournoi de la Coupe Telus (midget AAA). Deux vestiaires et l’espace réservé aux arbitres avaient été réaménagés, puis l’éclairage et le système de son avaient été changés.

Même s’il est daté d’octobre 2019, le carnet de santé n’aurait été remis aux élus que cet automne, soit près d’un an plus tard, et ce, à peine quelques semaines avant le dépôt du PTI. Malgré ses demandes répétées dans les derniers mois, dont une a été refusée en accès à l’information, LE COURRIER a finalement pu obtenir le document après la présentation du PTI.

image