11 octobre 2018
ORANGE, l’événement d’art actuel
Une œuvre intégrée à la Verrière du Cégep
Par: Maxime Prévost Durand
L’artiste Michel Boulanger nous plonge au cœur de l’étable moderne alors que le robot de traite est au centre de son œuvre Volume attendu, présentée dans la Verrière du Cégep de Saint-Hyacinthe dans le cadre d’ORANGE.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

L’artiste Michel Boulanger nous plonge au cœur de l’étable moderne alors que le robot de traite est au centre de son œuvre Volume attendu, présentée dans la Verrière du Cégep de Saint-Hyacinthe dans le cadre d’ORANGE. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Dans le cadre de sa 6e édition, qui se poursuit jusqu’au 28 octobre, ORANGE, l’événement d’art actuel pénètre pour la première fois dans les murs du Cégep de Saint-Hyacinthe et en fait l’un de ses quatre lieux d’exposition. L’artiste Michel Boulanger, qui explore depuis plusieurs années les mutations du milieu agricole dans son travail, a créé pour l’occasion une installation immersive inédite qui s’intègre à la Verrière du Cégep.

publicité

« Ça prenait une grande ouverture de la part du Cégep, surtout que c’est l’endroit où les étudiants mangent », a souligné Marie-Ève Charron, commissaire d’ORANGE en compagnie de sa sœur Isabelle, lors du vernissage en septembre. Elle-même enseignante en histoire de l’art au Cégep de Saint-Hyacinthe, Mme Charron y a vu un grand potentiel pour initier toute la communauté collégiale maskoutaine à l’art contemporain, tout en faisant un clin d’œil à Expression, le centre d’exposition, qui avait vu le jour au Cégep dans les années 1980.

Intitulée Volume attendu, cette œuvre de Michel Boulanger nous plonge au cœur de l’étable moderne avec une trayeuse rotative comme élément central. Pour créer cette production combinant dessin et modélisation 3D, l’artiste s’est basé sur des modèles existants de robot de traite, en restant le plus fidèle possible à la technologie tout en y ajoutant une touche abstraite.

« C’est réaliste jusqu’à un certain point, a soutenu Michel Boulanger dans un entretien avec LE COURRIER. Ce qui déréalise ça, c’est le fait que ce soit traité en transparence, avec des traits linéaires de blanc sur fond noir. Il y a quelques fantaisies, mais ce qui est représenté par les images est plutôt juste. L’idée est surtout de mettre en présence les réalités de l’agriculture contemporaine et chacun peut se faire sa propre idée par la suite. »

Ce projet entre directement en relation avec une autre œuvre de l’artiste, Salle de traite, acquise l’an dernier par le Cégep dans le cadre de sa collection d’œuvres d’art contemporain.

« Ça va dans la continuité du travail que je fais, qui est de montrer le domaine agricole d’une manière alternative à toutes les représentations qu’on en a, poursuit M. Boulanger. On en a une image très romantique de la petite fermette avec le fermier, sa femme, son chien et ses quelques vaches, ses veaux et ses cochons. Mais la réalité de l’agriculture est très peu ça. Il en existe, mais ce n’est pas ce qui est le plus répandu. »

Échanges croisés

En plus d’être un lieu d’exposition pour toute la durée d’ORANGE, le Cégep de Saint-Hyacinthe accueillera le samedi 13 octobre une journée de conférences, « Échanges croisés : la traçabilité en questions », en compagnie de certains artistes et partenaires agricoles qui ont contribué à cette 6e édition.

L’activité sera menée par l’animatrice Catherine Mercier, de l’émission La Semaine verte, et les commissaires Isabelle et Marie-Ève Charron. Pour y participer, il faut s’inscrire préalablement en réservant sa place par téléphone au 450 773-4209 ou par courriel au communications.orange@expression.qc.ca. 

image