6 juin 2019
Piscines publiques extérieures
Une pénurie de sauveteurs fait craindre des fermetures
Par: Rémi Léonard

Photothèque | Le Courrier ©

Les Loisirs Assomption craignent que la piscine de leur quartier ne soit fermée les fins de semaine cet été, faute de sauveteurs. Photothèque | Le Courrier ©

Les Maskoutains pourraient devoir composer cet été avec des bris de services dans certaines piscines extérieures de quartier. Les installations et les horaires touchés ne sont pas encore déterminés avec certitude.

En début de semaine, les Loisirs Assomption lançaient l’alarme sur leur page Facebook, annonçant la fermeture de la piscine du quartier durant les fins de semaine de l’été. Les citoyens étaient invités à se présenter à la séance du conseil municipal prévue le soir même pour « renverser la situation ». Toujours sur les réseaux sociaux, le Journal Mobiles a également partagé l’invitation, ajoutant aussi la piscine du quartier Saint-Joseph à la liste des lieux touchés.

L’assemblée venue, le citoyen Carl Vaillancourt s’est d’abord présenté devant le conseil pour évoquer la situation. Le maire Claude Corbeil a alors affirmé que le dossier venait tout juste d’être l’objet d’une « bonne discussion » entre les élus en séance plénière, sans révéler l’issue de ces échanges. La solution retenue devait d’abord être validée auprès de la Corporation aquatique maskoutaine (CAM), qui assure la gestion des piscines publiques extérieures, pour s’assurer qu’elle est réalisable. Le nœud du problème consiste en un manque de main-d’œuvre pour assurer la sécurité des installations, plus précisément un déficit de trois sauveteurs.

Dans ces circonstances, M. Corbeil a expliqué que le conseil était à la recherche d’une « solution de moindre impact », mais a néanmoins évoqué des « fermetures temporaires de certaines installations », sans plus de précision. « On s’enligne vers une décision avec quelques changements par rapport à ce que vous avez vu circuler », a-t-il affirmé, semblant ainsi écarter de facto le scénario initial, à savoir la fermeture des piscines Saint-Joseph et Assomption durant les fins de semaine de l’été. En même temps, il apparaît tout aussi difficile de concevoir qu’aucun impact ne se fera sentir.

Les conseillers Stéphanie Messier et Pierre Thériault, respectivement des districts Saint-Joseph et Yamaska, ont précisé que l’aspect de la répartition géographique sera particulièrement pris en compte, alors que les premières informations laissaient présager la fermeture des deux seules piscines situées dans l’est de la ville. Dans tous les cas, la population sera fixée d’ici le lundi suivant [10 juin], ont-ils affirmé.

Plus complexe qu’on pense

L’embauche rapide de quelques sauveteurs n’a pas semblé être une possibilité à ce stade-ci de la saison. « C’est pas mal plus compliqué qu’on pense devenir sauveteur », a indiqué le maire. La formation complète prend au moins un an et demi, a aussi informé la conseillère Messier. Il faut également savoir que les sauveteurs sont « attitrés » à une piscine et qu’on ne peut pas les envoyer à n’importe quel endroit. Pour assurer la sécurité des usagers, ils doivent avoir une connaissance parfaite des installations, a indiqué M. Corbeil, par exemple pour situer les entrées et les sorties ou l’emplacement des filtreurs.

Même si des efforts ont visiblement été déployés par la CAM pour tenter de recruter suffisamment de sauveteurs, le maire a tout de même servi un avertissement clair. « Arrivez-nous pas à la dernière minute l’an prochain. Il faut prévoir les coups et être imaginatif », a-t-il affirmé en déplorant que des infrastructures publiques, payées et entretenues en bonne et due forme, ne soient pas accessibles à la population, faute de main-d’œuvre. « Ça ne nous fait pas plaisir, personne », a-t-il lancé. Les élus ont été mis au fait du problème le 27 mai, a-t-il aussi informé.

image