17 mai 2012
Une poignée de manifestants prend d’assaut le centre-ville
Par: Le Courrier

Une vingtaine d’étudiants ont retenu l’attention des policiers et des badauds du centre-ville, vendredi lorsqu’il ont occupé la Banque Nationale, la CIBC et même le Palais de justice.

Accompagnés par des étudiants à la guitare, les manifestants ont chaque fois lu un manifeste pour un « Québec plus juste », dénonçant que le gouvernement présente des « choix de société » comme des « nécessités inévitables ».

La Banque Nationale de la rue des Cascades avait prévu le coup en positionnant un gardien de sécurité devant les portes. Les étudiants se sont donc assis devant l’institution financière pour manifester. Puis, ils se sont rendus sous surveillance policière jusqu’à la CIBC, où personne ne s’est interposé lorsqu’ils sont entrés. Les étudiants ont tenu une minute de « mort de la démocratie », couchés sur le sol, avant de quitter les lieux. Ils se sont ensuite rendus au Palais de justice. Les policiers et les constables spéciaux leur ont d’abord interdit l’entrée, avant de revenir sur leur décision en posant certaines conditions. C’est donc sans leurs pancartes et en chuchotant que les étudiants se sont retrouvés dans le grand hall. Leur manifestation silencieuse a duré quelques minutes avant qu’on ne leur indique la sortie.

Militants déterminés

Du côté du regroupement des étudiants (RÉÉCSH), le président a fait le point cette semaine, affirmant que les troupes étaient « fatiguées et tannées, mais déterminées plus que jamais ».

« Je suis moi-même étonné de la ténacité des étudiants, a dit le président Anthony Chiasson-Leblanc. La base militante a dépassé tout ce que la tête militante pouvait imaginer. Les étudiants sont prêts à aller jusqu’au bout. Je dirais que parmi les militants, au moins 50 % sont prêts à sacrifier leur session pour la cause. »

image