27 avril 2017
Transaction immobilière avortée
Une poursuite de 10 M$ contre Zénith Lab et Saint-Hyacinthe Technopole
Par: Jean-Luc Lorry
L’organisme Saint-Hyacinthe Technopole se retrouve impliqué dans une poursuite de 10 M$ concernant les tractactions autour de la vente d’un de ses immeubles dédié à l’entreprise Zénith Lab au cœur de la Cité de la biotechnologie.  Photothèque Le Courrier

L’organisme Saint-Hyacinthe Technopole se retrouve impliqué dans une poursuite de 10 M$ concernant les tractactions autour de la vente d’un de ses immeubles dédié à l’entreprise Zénith Lab au cœur de la Cité de la biotechnologie. Photothèque Le Courrier

Saint-Hyacinthe Technopole n’a pas fini d’en découdre avec le dossier Zénith Lab. Alors qu’elle cherche à se faire rembourser la somme de 1,6 M$ en travaux et loyers impayés, voilà qu’elle se retrouve mêlée à une poursuite judiciaire intentée contre Zénith Lab par un promoteur immobilier qui devait la sortir du pétrin en se portant acquéreur de la bâtisse construite pour elle par Saint-Hyacinthe Technopole.

Une entreprise à numéros de Westmount spécialisée dans le développement immobilier réclame un peu plus de 10 M $ à l’entreprise pharmaceutique Zénith Lab, à sa filiale Les Laboratoires du Saint-Laurent et à Saint-Hyacinthe Technopole. Elle leur reproche à tous les trois l’échec d’une transaction qui lui aurait permis de mettre la main sur l’immeuble industriel destiné à loger les activités deZénith Lab. 

Selon la poursuite dont LE COURRIER a obtenu copie, l’entreprise à numéros liée au promoteur Rheal Dallaire comptait s’entendre avec Zénith Lab et sa filiale sur un bail de location de l’immeuble pour une durée de 25 ans avec une option de renouvellement de 15 ans.

En juillet 2016, le promoteur immobilier avait signifiéà Saint-Hyacinthe Technopole son intention de se porter acquéreur de l’immeuble-qui appartient à cette corporation dédiée au développement économique de la Ville – pour un montant de 6 613 000 $.

Cette vente était cependant conditionnelle à une vérification diligente de la transaction par une firme comptable. Début décembre, cette firme a dressé un portrait de Zénith Lab et des Laboratoires du Saint-Laurent bien différent de celui présenté par son président-directeur général, François Roberge.

« La vérification diligente a notamment démontré que Zénith était dans l’incapacité de financer les travaux requis pour entreprendre ses activités commerciales dans l’immeuble (…) et que ses recherches de financement s’étaient toutes avérées non fructueuses », peut-on lire dans la demande introductive d’instance.

Le 22 décembre, une rencontre aurait ensuite eu lieu à Montréal entre les représentants de la firme de développement immobilier et ceux de Zénith Lab « dans le but de faire point sur la transaction immobilière, notamment l’obtention d’un financement ». 

Volte-face 

Quelques jours plus tard, Zénith Lab aurait fait volte-face en renonçant à la conclusion d’un bail en raison d’un manque de financement.

Le 18 janvier, Saint-Hyacinthe Technopole signifiait par lettre au promoteur montréalais que l’organisme ne donnerait pas suite à sa lettre d’intention de vendre l’immeuble en question, considérant l’état des négociations entre ce dernier et la direction de Zénith Lab.

Le promoteur estime que cette transaction avortée lui a fait perdre une somme considérable sur une période de 25 ans et il s’est donc tourné vers les tribubaux pour obtenir réparation.

« La demanderesse évalue ses dommages à une somme totale de 10 234 246 $ (incluant 150 000 $ additionnels contre Zénith Lab et Les Laboratoires du Saint-Laurent), somme à parfaire par le dépôt d’une expertise juricomptable », indique la poursuite.

Puisque l’affaire est devant les tribunaux, la direction de Saint-Hyacinthe Technopole n’a pas souhaité émettre de commentaires dans ce dossier .

image