4 août 2016
Voies de fait et introduction par effraction
Une poursuite policière pour clore une histoire de violence conjugale
Par: Le Courrier
La poursuite policière s’est terminée sur la rue Sicotte, dans le quartier Notre-Dame de Saint-Hyacinthe, après que le chauffard, en état d’ébriété, ait foncé contre un arbre. Photo Courtoisie Robert Duff

La poursuite policière s’est terminée sur la rue Sicotte, dans le quartier Notre-Dame de Saint-Hyacinthe, après que le chauffard, en état d’ébriété, ait foncé contre un arbre. Photo Courtoisie Robert Duff

Une histoire de violence conjugale serait à l’origine de la poursuite policière qui est survenue dans les rues de Saint-Hyacinthe le 29 juillet tôt en matinée. Un homme de 24 ans a été arrêté et a comparu au Palais de justice de Saint-Hyacinthe où il fait face à dix chefs d’accusation, dont voies de fait, fuite et conduite dangereuse.

Publicité
Activer le son

Après avoir tenté de s’introduire par effraction dans un logement de l’avenue Demers dans le secteur La Providence, Moncef Dikhal a tenu en haleine les policiers pendant quelques minutes en fuyant à bord de sa voiture. Dans sa course, il a embouti une voiture stationnée, avant de foncer contre un arbre sur la rue Sicotte, dans le quartier Notre-Dame, mettant fin à la poursuite.

Les autorités ont alors pu procéder à son arrestation. La scène a d’ailleurs été filmée par une résidente du secteur (la vidéo en question est disponible sur notre page Facebook). Visiblement en état d’ébriété, le chauffard a refusé de fournir un échantillon d’haleine pour le test d’alcoolémie, a indiqué la Sûreté du Québec.

Le logement ciblé par Dikhal pour l’introduction par effraction n’avait pas été choisi au hasard. Il semblerait qu’il s’agisse du logement de son ex-copine. La femme en question était toutefois absente au moment de l’infraction. C’est un voisin qui a alerté les autorités en voyant le jeune homme tenter d’entrer à l’intérieur du logement.

Selon les documents obtenus au greffe du Palais de justice de Saint-Hyacinthe, Dikhal se serait livré à des voies de fait sur cette femme plus tôt en juillet. Avant d’être libéré par les autorités, il avait fait la promesse de ne plus entrer en contact avec elle ou de se présenter à cette adresse, sauf pour aller chercher ses effets personnels en présence des policiers.

Il n’aurait pas respecté ces conditions à deux reprises, soit les 21 et 28 juillet. Il est ensuite retourné à cette adresse le 29 juillet, avant d’être arrêté de nouveau par les policiers au terme de la poursuite.

Après cet épisode, il a été accusé de fuite, de conduite dangereuse, de conduite avec les capacités affaiblies, mais aussi de ne pas avoir obtempéré un ordre donné par un agent de la paix, d’avoir voulu s’échapper après un accident et de s’être introduit dans une résidence dans l’intention d’y commettre un acte criminel.

Ces accusations s’ajoutent à celle de voies de fait et aux trois chefs pour ne pas s’être conformé à une condition qu’il devait respecter en vertu d’une promesse faite aux autorités.

Toujours détenu en début de semaine, Moncef Dikhal doit revenir en cour aujourd’hui le 4 août.

image