28 mars 2019
Judo
Une première incursion internationale pour Félix Archambault
Par: Maxime Prévost Durand

Grâce à une invitation de Judo Québec, Félix Archambault s’est rendu en Italie et en Espagne où il a goûté pour la première fois aux compétitions internationales. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Avec la saison fulgurante qu’il connaît, comprenant une 3e place à l’Élite 8 et une 2e place à l’Ontario Open, le judoka Félix Archambault a eu l’opportunité de vivre sa première incursion sur la scène internationale, en février. À la suite d’une invitation de Judo Québec, l’athlète de 17 ans a pu participer à deux compétitions de la Coupe européenne et à un camp d’entraînement en Italie.

Publicité
Activer le son

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le protégé du Club de judo de Saint-Hyacinthe a bien profité de l’occasion. S’il a été éliminé d’entrée de jeu à son premier tournoi, en Italie, il s’est repris la semaine suivante, en Espagne, en enchaînant deux victoires – le jour de son anniversaire de surcroît – avant de voir son parcours s’arrêter au 3e tour. Il s’agit de la meilleure performance canadienne enregistrée chez les gars durant ce voyage en Europe, toutes catégories confondues.

Ses deux victoires, l’une par ippon et l’autre par clé de bras, lui ont même permis de s’inscrire au 66e rang du classement mondial chez les U18 dans la catégorie des moins de 66 kg, en plus de cumuler de précieux points au classement de Judo Canada.

« Le camp d’entraînement qu’on a eu entre les deux compétitions m’a beaucoup aidé. C’était enrichissant. Il y avait des athlètes de pleins de pays et chacun se bat différemment. Ça m’a permis de découvrir de nouvelles techniques et de nouvelles tactiques », a soutenu Félix, rencontré par LE COURRIER à son retour au pays.

Durant ce camp de trois jours, des séances de combats étaient organisées pendant 1 h 30 entre tous les judokas réunis, deux fois par jour. « Ça faisait beaucoup, dit le Maskoutain avec le sourire. Les combats, c’est ce qu’il y a de plus physique et éprouvant au niveau du cardio. »

Malgré l’exigence de l’exercice, il aura été fort bénéfique. « La première journée, tu te fais pas mal planter, mais lors des deuxième et troisième journées, tu commences à comprendre ce que tu dois faire et tu t’adaptes. »

Ce voyage a permis à Félix de constater l’importante différence entre les styles de judo nord-américains et européens. « En Europe, ils ont vraiment un judo différent. Ils sont plus forts et ils déplacent plus. J’ai dû m’habituer à leur style. »

Cela dit, l’étudiant de 5e secondaire en sport-études à l’école Fadette avait déjà des armes dans son arsenal pour rivaliser avec ces autres styles de judo. « Je suis très stable sur mes pieds, j’évite bien les prises et ça m’a servi là-bas. J’ai réussi à esquiver certaines de leurs techniques. »

Le fait de se frotter aux meilleurs judokas d’un peu partout au monde dans sa catégorie représentait malgré tout un défi de taille pour Félix. « À mon premier combat, à la moindre erreur que j’ai faite, je me suis fait avoir. J’ai beaucoup travaillé ce point-là durant le camp et, une fois rendu en Espagne, je n’ai pas refait la même erreur. »

S’il se disait surpris du début de saison qu’il a connu, Félix respire maintenant la confiance en vue de ses prochaines compétitions. Il reprendra l’action la fin de semaine prochaine dans le cadre du championnat provincial, à Amqui, et il participera en mai au championnat canadien ouvert, à Edmonton.

image