7 juin 2012
Une question biaisée
Par: Le Courrier

En avez-vous plein le casque du conflit étudiant et des défilés de casseroles?

publicité

En avez-vous plein le casque du conflit étudiant et des défilés de casseroles?

Premièrement, la formulation de la question du sondage dans l’édition du Courrier du 31 mai, laisse à désirer car elle indique, presque ou si implicitement, l’opinion de la personne à l’origine de la phrase interrogative. Certains pourraient l’interpréter comme une tendance à la partisanerie ou, à tout le moins, comme une idée déjà relativement bien arrêtée. Deuxièmement, la question comporte plus d’un volet, ce qui pourrait susciter plus d’une réponse qui ne seraient pas nécessairement les mêmes. Il est possible d’être pour ou contre la mobilisation étudiante (conflit/combat, est-ce des termes objectifs ou empreints d’opinion plutôt subjectives?). Il est également possible que les gens se mobilisent via le mouvement des « casseroles » pour plusieurs raisons, soit additives soit indépendantes ou encore un ratio de diverses causes qui en disent long sur l’état de gestion de NOTRE Québec actuel (pensez au regroupement à Montréal le 22 avril, il n’y avait pas qu’une cause, mais la majorité des individus partagaient et partagent probablement encore une même vision dans son ensemble)! Qu’en est-il du « plein le casque » des inéquités? De la responsabilité collective à laquelle le gouvernement actuel, pourrait-on se douter, ne souscrit plus. Il est désolant de constater qu’un journal régional pose une question avec une formulation déjà campée dans la tendance qu’elle risque de susctiter ou de véhiculer… Tout cela en associant une cause claire et précise en fait de droits de scolarité, puis un regroupement qui inclut, certes, mais englobe d’autres enjeux qui ne sont pas compris dans votre exposition d’une partie de ce qui se passe massivement au Québec (la loi 78, les gaz de schiste, le Plan Nord, les territoires et le respect des terres autochtones, le cynisme/sarcasme des « élus » par rapport aux étudiants, la corruption et les comissions)? Peu d’ouverture en vos questions (faisant référence à plusieurs de vos sondages) promeut le débat ouvert. Donc voilà, en tant que citoyen de Saint-Hyacinthe, j’espérais voire anticipais davantage de neutralité de la part d’un média qui, jusqu’à tout récemement, gagnait mon respect. Les gens qui se mobilisent sont peut-être eux-mêmes un tantinet « époumonés », malgré la belle énergie qui demeure, de sortir chaque soir avec leur casseroles. Mais le sont-ils à cause du bruit, des efforts et de ce que le regroupement engendre au centre-ville et ses alentours ou c’est plutôt lié à leur gouvernement qui semble ne plus les entendre? Pourtant, le Québec reçoit des appuis depuis Londres, la France, les États-Unis, et d’autres provinces canadiennes… À petits questionnements petites réponses, le tout est plus grand que la somme de ses parties.

Geneviève St-Cyr et Francis Lalande, citoyens engagés-30-

image