25 juillet 2019
Une MRC en action pour l’immigration
Une région qui se veut inclusive
Par: Le Courrier

Bob W. White, directeur du LABRRI, a présenté une conférence qui portait sur le vivre-ensemble, « ce concept valise qui devient, de plus en plus, une stratégie de mobilisation à l’échelle des villes francophones du monde ». Photo gracieuseté

Une cinquantaine de participants issus des forces vives du milieu pour l’immigration ont pris part à une activité de mobilisation à Saint-Hyacinthe. Cette journée de conférences et d’échanges était organisée par la MRC des Maskoutains, en collaboration avec la Maison de la famille des Maskoutains, Forum-2020 et Espace carrière, et grâce à la participation financière du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion.

publicité

« Cette journée a permis de faire le point sur les actions entreprises dans la région depuis 2007 qui visaient à inciter des personnes issues de l’immigration à venir s’installer sur notre territoire. Elle a aussi permis d’identifier de nouveaux enjeux et défis pour les années à venir afin de demeurer une région attractive qui a beaucoup à offrir à ceux qui font le choix de venir y vivre, y travailler et y élever leur famille. Nous sommes très satisfaits des discussions et idées qui sont ressorties de l’exercice », a précisé André Lefebvre, maire de Sainte-Madeleine et président de la Commission permanente de la famille.

En matinée, André Jacob, membre associé au Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC), a livré quelques résultats d’une étude menée pour Forum-2020 en 2018. Il a insisté pour dire que tout n’est pas rose, même si la région attire de nombreux immigrants et qu’on s’en réjouit sur le plan politique. Selon ses constatations, « un immigrant qui travaille, ça passe plutôt bien, mais il y a encore beaucoup de préjugés à faire tomber ».

Bob W. White, directeur du Laboratoire de recherche en relations interculturelles (LABRRI), a présenté une conférence qui portait sur le vivre-ensemble, « ce concept valise qui devient, de plus en plus, une stratégie de mobilisation à l’échelle des villes francophones du monde ».

Sa définition du terme : « faire ensemble, malgré nos différences ». Et il allait plus loin en affirmant qu’il faut dorénavant parler d’inclusion plutôt que d’intégration. « L’inclusion fait appel au partage », a-t-il noté.

M. White a également énuméré quelques pratiques inspirantes et lancé plusieurs pistes de réflexion pour favoriser les rapprochements et accroître le sentiment d’appartenance. « Il faut que le “nous autres” devienne “nous tous” ».

Tout au long de la journée, les participants étaient sollicités pour donner leur opinion. Une synthèse de la journée a été établie et servira de base aux prochaines étapes de cette démarche menée dans le cadre du projet « Une MRC en action pour l’immigration ».

Pour en savoir plus sur cette démarche et ses suites, communiquez avec Élyse Simard, chargée de projet à la famille au 450 774-3160 ou par courriel à esimard@mrcmaskoutains.qc.ca.

image