24 mai 2012
Organismes culturels et centre-ville
Une rencontre en juin
Par: Le Courrier

Il aura fallu deux sorties publiques aux représentants du centre-ville de Saint-Hyacinthe pour convaincre les autorités municipales de revoir leurs plans au sujet des organismes culturels. Une rencontre entre les parties aura lieu d’ici la mi-juin, a confirmé le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau.

publicité

Il a laissé entendre que le sujet discuté déborderait la seule question du regroupement des organismes culturels au centre-ville, ou ailleurs. « Le conseil veut discuter de l’avenir du centre-ville », a précisé M. Bilodeau, après la séance du conseil de mardi.

Il semble pour l’instant que seule la Société de développement commerciale du centre-ville (SDC) ait été invitée à prendre part à cette rencontre qui aura probablement lieu à la séance plénière du conseil municipal du lundi 11 juin. C’est du moins la date qui a été proposée aux gens de la SDC, lesquels espèrent que les dirigeants du Centre des arts Juliette-Lassonde participeront aussi aux discussions. « Nous ne voulons pas qu’il y ait deux rencontres. Ce qu’on veut, c’est y aller ensemble », a indiqué hier le directeur général de la SDC, Simon Cusson. Tout comme les dirigeants de la Société de diffusion des spectacles (SDS) et gestionnaires du Centre des arts, ceux de la SDC du centre-ville veulent à tout prix empêcher que les organismes culturels se retrouvent éventuellement dans l’ancien couvent La Métairie, au 1675 rue Saint-Pierre Ouest, sur la rive Sud de la rivière Yamaska. La Ville de Saint-Hyacinthe est devenue propriétaire du vieux couvent au début du mois de mai en versant 2 millions $ au Groupe Robin, lequel venait tout juste de l’acquérir des Soeurs de la Charité contre la somme de 1 098 337 $. « Dans les plans initiaux, tout le culturel s’en venait au centre-ville. Nous voulons connaître les vraies raisons d’un déménagement des organismes à La Métairie, nous voulons aller au fond des choses, face à face », a ajouté M. Cusson.

Des organismes inquiets

À la séance du conseil de mardi, les élus ont entendu un nouveau son de cloche dans le dossier La Métairie, celui-là provenant du Carrefour des groupes populaires, lequel est installé dans l’ancienne école primaire Christ-Roi, au 1195, rue Saint-Antoine.

Un porte-parole du Carrefour, David Alexandre Grisé, a informé le conseil que si la Ville abandonnait l’idée de regrouper les organismes culturels à la Métairie, on ne devait pas penser à les remplacer par les organismes communautaires du Carrefour. « Bon nombre de locataires au Carrefour ont des inquiétudes face à un déménagement potentiel dans ce bâtiment-là », a-t-il déclaré.Il a expliqué que les organismes du Carrefour rendaient beaucoup de services à des personnes démunies qui habitent le centre-ville et que, partant de là, leur déménagement n’était pas du tout souhaitable. « Ce conseil peut-il nous garantir qu’il n’y aura pas de déménagement? », a questionné M. Grisé.Sans lui faire de promesse, le maire, Claude Bernier, lui a répondu que pour le moment, la métairie était toujours destinée aux organismes culturels. « Je ne peux pas vous garantir à 200 % que ce sera ça, mais s’il y a un changement, nous vous le ferons savoir », l’a assuré M. Bernier.

image