17 août 2017
Soccer récréatif
Une saison d’ajustements pour tous
Par: Maxime Prévost Durand
Autant le FC Saint-Hyacinthe que les parents et les joueurs ont dû faire quelques ajustements pour cette première saison du soccer récréatif sans les corporations de loisirs.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Autant le FC Saint-Hyacinthe que les parents et les joueurs ont dû faire quelques ajustements pour cette première saison du soccer récréatif sans les corporations de loisirs. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Autant le FC Saint-Hyacinthe que les parents et les joueurs ont dû faire quelques ajustements pour cette première saison du soccer récréatif sans les corporations de loisirs.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Autant le FC Saint-Hyacinthe que les parents et les joueurs ont dû faire quelques ajustements pour cette première saison du soccer récréatif sans les corporations de loisirs. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Cette première saison de soccer récréatif sous la férule du FC Saint-Hyacinthe, qui gérait seulement le volet compétitif par le passé, se déroule-t-elle aussi rondement qu’espéré? De l’aveu de l’organisation, certains ajustements ont dû être apportés depuis que la machine s’est mise en marche, mais tout semble maintenant aller dans la bonne voie.

publicité

« C’est une saison d’ajustements », lance d’entrée de jeu le président du FC Saint-Hyacinthe, Bruno Plante. Des ajustements pour les enfants, les parents, mais aussi l’organisation elle-même qui découvre cette nouvelle clientèle.
L’un des points où des modifications ont dû être apportées, c’est au niveau des pratiques hebdomadaires, qui regroupent tous les joueurs d’un même groupe d’âge à un même endroit en même temps. Ces entraînements étaient d’abord encadrés seulement par un responsable et deux adjoints, en plus d’entraîneurs voulant s’impliquer sur une base volontaire. « On s’est vite rendu compte qu’il y avait un besoin de supervision supplémentaire pour assurer le bon déroulement des pratiques », soutient la nouvelle directrice générale, Andrée Bergeron, arrivée à la fin juin à la suite du départ de Marie-Pier Laliberté.
Le contenu de ces pratiques a également dû être adapté à la clientèle du volet récréatif. « On a peut-être mis la barre haute quant au contenu des entraînements et ce n’était pas la meilleure idée. Il faut un contenu adapté à ce qu’ils recherchent, poursuit Mme Bergeron. Le but n’est pas de niveler le service vers le bas, mais de répondre à la demande de cette clientèle qui veut avant tout jouer pour s’amuser. »
Parmi les autres grands changements, on se souvient notamment que la formation des équipes a été centralisée, alors qu’elles étaient gérées par les corporations de loisirs de chaque quartier auparavant. À ce niveau, le FC Saint-Hyacinthe estime que la transition s’est plutôt bien faite.
Les jeunes de 4 à 8 ans sont regroupés autant que possible en fonction de l’école qu’ils fréquentent, tandis que les joueurs de 9 ans et plus n’ont plus aucune appartenance à leur quartier. Ils peuvent toutefois inscrire le nom d’un ami avec lequel ils désirent jouer, un point pris en considération lorsque les équipes sont formées.
Depuis son arrivée en poste, la nouvelle directrice générale affirme avoir gardé tous les commentaires émis par les parents concernant les différents points à améliorer en vue de la prochaine saison. « À la fin de l’été, on va devoir prendre certaines décisions », tranche-t-elle. Un sondage pourrait également être envoyé aux parents en fin de saison pour avoir une opinion globale quant aux modifications à apporter l’an prochain.

image