8 avril 2021
Températures chaudes hâtives
Une saison désastreuse pour les producteurs de sirop d’érable
Par: Véronique Lemonde

2021, une saison désastreuse à oublier pour les producteurs acéricoles. Photo PPAQ

Les producteurs de sirop d’érable de la région ont à peine atteint 60 % de la production de 2020, cette dernière étant une année en tout point exceptionnelle. Pour la saison 2021, certains cumuleront des pertes de quasi 50 %, ce qui contraste fortement avec les dernières très bonnes années en acériculture.

Publicité
Activer le son

« C’est vraiment une année à oublier, lance Christian Benoit de la Cabane à sucre Chez Christian, à Saint-Hyacinthe. Le sol n’était pas assez gelé et des chaleurs sont apparues trop rapidement en mars. Les arbres sont donc entrés en croissance trop vite, avec des bourgeons qui commencent à se former, et cela a joué énormément sur la quantité de sève des érables, mais aussi sur la couleur du sirop. » Avec ces chaleurs de 18-20 °C en mars et aucun gel certaines nuits, le sirop est beaucoup plus foncé. « Nous avons beaucoup moins de sirop ambré cette année », ajoute M. Benoit.

Même son de cloche de côté de Gaétan Bouvier de l’Érablière Bouvier & Fils, à La Présentation. Avec ses 4000 entailles à la tubulure, le producteur calcule pour cette saison une diminution d’un tiers de sa production de sirop d’érable habituelle. « La sécheresse en juin dernier a vraiment nui à la saison actuelle, car les arbres n’ont pas pu grossir assez à cause du manque de pluie de l’été 2020. Aussi, cela a généré un taux de sucre beaucoup plus bas dans la sève, un autre obstacle à notre saison 2021. »

M. Bouvier pense que plusieurs producteurs devront se tourner vers la banque de sirop des Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ) pour compenser le manque à gagner, ce qui fera indéniablement augmenter le prix du baril de sirop.

Pourtant, David Hall, président du syndicat des producteurs acéricoles de la région de Saint-Hyacinthe, croit que la plupart en auront tout de même assez pour honorer leurs commandes de cannes de sirop d’érable. « C’est une année dure moralement, mais les producteurs peuvent se prémunir de l’assurance-récolte. Malheureusement, nous ne pouvons pas battre des records chaque année », souligne le producteur acéricole de la région du Lac-Brome.

La folie des boîtes-repas

Pour les producteurs acéricoles qui offrent habituellement des réceptions et des repas à la cabane, il s’agissait d’une deuxième saison avec des mesures sanitaires interdisant les rassemblements. Cependant, 2021 aura donné un peu d’air frais à ces entreprises avec le programme Ma cabane à la maison.

Mieux préparés, et grâce à une logistique incroyable, les producteurs, aussi restaurateurs, ont pu bénéficier de la popularité de ce programme qui permettait aux gens de se commander une boîte-repas de cabane à sucre, clés en main.

« Nous sommes très contents, cela s’est beaucoup mieux passé que l’an dernier. Ce programme fut un sérieux coup de pouce pour nous, lance Hélène Belley, de l’Érablière l’Autre Versan, à Sainte-Hélène-de-Bagot. Naturellement, nous ne pouvons pas retrouver ce que nous avons perdu en 2020, mais présentement, nous avons eu quasiment autant de commandes de repas que si nous avions reçu tout ce monde en salle. Nous sommes très surpris de cet engouement et nous continuerons les commandes de repas jusqu’à la fête des Mères, au-delà du programme Ma cabane à la maison. Les gens peuvent encore venir chercher leur repas à l’érablière directement et notre boutique est aussi ouverte. »

Le site de Ma cabane à la maison prend encore des commandes jusqu’à la mi-avril.

image