22 septembre 2011
Bilan touristique de la saison estivale 2011
Une saison plutôt ordinaire
Par: Le Courrier
L'Expo agricole de Saint-Hyacinthe est encore et toujours l'attrait touristique par excellence de la région maskoutaine.

L'Expo agricole de Saint-Hyacinthe est encore et toujours l'attrait touristique par excellence de la région maskoutaine.

L’été 2011 qui se termine n’a pas permis aux établissements touristiques d’enregistrer des records d’achalandage dans la grande région de Saint-Hyacinthe. Pour plusieurs, soit la tendance est la baisse, soit elle se maintient.

Publicité
Activer le son

Bien que plusieurs entrepreneurs et professionnels du tourisme n’aient pas encore terminé de compiler leur bilan de la saison estivale, rien ne laisse présager une hausse d’achalandage touristique dans la région de Saint-Hyacinthe.

Le Bureau d’information touristique (BIT) de Saint-Hyacinthe a d’ailleurs traité un peu moins de demandes au comptoir comparativement à l’année 2010, soit une légère baisse de 2,5 %. Petite déception aussi du côté du Camping Sainte-Madeleine qui croyait bien pouvoir tirer profit des malheurs des terrains de camping de la Montérégie durement éprouvée par les inondations printanières.Curieusement, les terrains libres y étaient plus nombreux que l’an dernier. « Cela n’a eu aucune influence, dit Yvette Girouard, propriétaire du Camping Sainte-Madeleine. Les gens qui résidaient là y sont restés pour ramasser les dégâts. J’aurais pensé que ça nous aurait amené plus de visiteurs, mais l’achalandage n’a pas augmenté. » On y a toutefois connu des fins de semaine où l’achalandage était comparable à l’année dernière, ce qui a compensé les jours de semaine plus tranquilles. Le centre d’interprétation Chouette à voir! à Saint-Jude, qui présente plus d’une vingtaine d’espèces d’oiseaux de proie du Québec, a aussi noté une baisse de fréquentation cette année. « La saison se termine le 25 septembre, mais il y a une baisse c’est certain. Je pense même que ce sera significatif. Il va falloir rattraper le tout l’an prochain », prévient Louise Yelle, secrétaire exécutive du centre d’interprétation. Au théâtre de la Dame de Coeur, à Upton, on a aussi connu une saison moins achalandée pour la pièce La montagne qui marche, comparativement aux deux années antérieures. Après avoir connu des saisons records aux guichets avec 20 000 spectateurs à l’été 2009 et 2010, le théâtre a dû se contenter de 14 800 spectateurs pour l’été 2011. « C’était la première fois qu’on présentait la même production pendant trois étés. On aurait aimé plus de visiteurs parce qu’on était habitué à des records de guichets, mais le résultat est quand même satisfaisant dans le contexte actuel », explique Richard Blackburn, directeur général du théâtre de la Dame de Coeur.Le Jardin Daniel A. Séguin à Saint-Hyacinthe a pour sa part connu une saison estivale équivalant à l’an passé. Selon la directrice générale Josée Michon, le nouveau Jardin des enfants a amené une clientèle beaucoup plus familiale à cet attrait touristique méconnu. « C’était dans nos objectifs d’interpeller davantage une clientèle familiale. Cela a changé l’atmosphère au jardin, on voyait des enfants courir, c’est très positif. » Comme toujours, l’attrait touristique le plus populaire aura été la 174e édition de l’Expo agricole de Saint-Hyacinthe. Du 28 juillet au 7 août, pas moins de 205 615 ont franchi les tourniquets.Bien que ces données soient légèrement inférieures au résultat de l’année 2010, où l’on avait enregistré un record de 206 000 visiteurs, l’Expo de Saint-Hyacinthe a tout de même été l’attrait touristique qui a provoqué le plus d’engouement au Bureau d’information touristique de Saint-Hyacinthe. La journée la plus achalandée de l’année se retrouve d’ailleurs toujours pendant ce festival familial. Le maximum de demandes reçues dans une même journée cette année a été de 112.

Une clientèle plus régionale

Le prix de l’essence élevé est une raison fréquemment évoquée pour expliquer la baisse d’achalandage touristique dans la région.

Parallèlement à cela, le Bureau d’information touristique a reçu davantage de demandes de la population de la MRC des Maskoutains désireux de connaître les activités à faire à Saint-Hyacinthe et moins de demandes provenant de visiteurs de l’extérieur de la région. La clientèle touristique a effectivement été principalement régionale. La moitié des visiteurs dont la destination est la Ville elle-même proviennent de la Montérégie. La seconde région en importance d’où sont issus les touristes de passage est Montréal avec 29 %.

image