27 novembre 2014
Les Carabins accèdent à la finale de la Coupe Vanier
Une semaine spéciale attend Louis-Philippe Simoneau
Par: Maxime Prévost Durand
À sa première saison universitaire, Louis-Philippe Simoneau participera à la finale de la Coupe Vanier. Photo Dorothée Harvey

À sa première saison universitaire, Louis-Philippe Simoneau participera à la finale de la Coupe Vanier. Photo Dorothée Harvey

Louis-Philippe Simoneau l’avait bien dit au début de la saison. Les Carabins de l’Université de Montréal visent la Coupe Vanier. L’équipe s’est approchée un peu plus de la coupe remise à la meilleure équipe de football du réseau universitaire canadien grâce à sa victoire de 29-26 à la Coupe Uteck, samedi, face aux Bisons de l’Université du Manitoba.

Publicité
Activer le son

« C’est incroyable, on s’est va à la Coupe Vanier! » sont les premiers mots qui sont sortis de la bouche de Louis-Philippe, ne pouvant contenir son excitation, lorsque LE COURRIER s’est entretenu avec lui mardi.

La rencontre demi-finale aurait très bien pu basculer en faveur des Bisons du Manitoba dans les dernières minutes de la partie. L’attaque des visiteurs s’est approchée à seulement une douzaine de verges de la zone des buts des Bleus, menaçant d’inscrire un touché qui leur aurait sans doute procuré la victoire. Sauf qu’une échappée provoquée par la défensive des Carabins est venu assurer la Coupe Uteck aux Montréalais.

« C’était stressant », a reconnu l’athlète de La Présentation, avant de louanger le travail de l’unité défensive des Bleus. « En deuxième demie, la défensive a joué de façon exceptionnelle. Ils avaient de gros bonshommes [les Bisons], ça jouait physique. C’était un match pour hommes! On a été opportunistes et on a gagné. »

Dans la victoire, Simoneau a réalisé avec succès une tentative de placement de 40 verges, et ce, même si la remise de Louis-Philippe Bourassa a touché le sol avant que le ballon ne soit repositionné par Gabriel Cousineau. « Ça ne lui tentait pas de faire la remise, a dit en riant le botteur lors de l’entretien. On l’a agacé un peu après la partie. On en a ri. »

Cap sur la Coupe Vanier

Pour la première fois en 50 ans d’existence, la Coupe Vanier sera présentée à Montréal. Et pour la première fois de son histoire, l’équipe de l’Université de Montréal accède à la finale canadienne.

Une semaine tout à fait spéciale attend le botteur de précision et l’équipe. La preuve? Tous les joueurs sont exemptés de leurs cours, histoire qu’ils puissent se dédier à 100 % à la préparation en vue du grand match disputé à la maison (même si ce sera au Stade des Redmen de l’Université McGill), à Montréal, samedi après-midi.

« Les autres étudiants nous encouragent beaucoup. C’est remarquable l’appui qu’on reçoit », a-t-il fait remarquer. Les gens nous reconnaissent dans lescorridors! »

Le botteur de 20 ans avait déjà remarqué la fébrilité des partisans samedi lors de la rencontre disputée au CEPSUM. « C’était à guichet fermé. Je n’ai jamais entendu une foule crier aussi fort. Même à l’Université Laval pour la Coupe Dunsmore ce n’était pas aussi bruyant! »

Parmi ces partisans, plusieurs anciens Carabins étaient venus encourager l’équipe dirigée par Danny Maccocia, dont David Foucault, qui s’aligne maintenant avec les Panthers de la Caroline dans la NFL. « Il est même venu nous parler sur les lignes de côté durant la partie », raconte Louis-Philippe.

Un dernier défi attend maintenant les Carabins. Ils affronteront les Marauders de l’Université de McMaster, qui en seront à leur troisième participation à la Coupe Vanier au cours des quatre dernières années. En 2011, McMaster avait battu le Rouge et Or de l’Université Laval 41 à 38 dans une double prolongation.

« C’est une équipe expérimentée, reconnait Louis-Philippe. Ils savent comment gérer les gros moments. Mais jusqu’à maintenant, on a aussi bien géré les moments importants. »

La finale de la Coupe Vanier sera disputée samedi à 13 h au Stade Percival-Molson. La rencontre sera diffusée sur les ondes de Radio-Canada.

image