29 juin 2017
Écrasement d’avion près de l’aéroport de Saint-Hyacinthe
Une série d’erreurs au décollage en cause
Par: Maxime Prévost Durand
L’hydravion piloté par Mario Janelle s’est écrasé à seulement quelques centaines de mètres du bassin d’eau de l’aéroport de Saint-Hyacinthe d’où il venait de décoller. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’hydravion piloté par Mario Janelle s’est écrasé à seulement quelques centaines de mètres du bassin d’eau de l’aéroport de Saint-Hyacinthe d’où il venait de décoller. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Une série d’erreurs de pilotage seraient en cause dans l’écrasement d’un hydravion, le 22 juin, près de l’aéroport de Saint-Hyacinthe. Même si la scène laissait craindre le pire, le pilote s’en est tiré presque sans égratignure.

Publicité
Activer le son

Le petit avion piloté par Mario Janelle venait tout juste de décoller du bassin d’eau de l’aéroport lorsqu’il s’est écrasé dans le stationnement d’Alliance Semex, de l’autre côté du boulevard Laurier Ouest.

Plusieurs témoins ont assisté à la scène, dont le président de l’aéroport de Saint-Hyacinthe, Gabriel Chartier. Rencontré par LE COURRIER, il a raconté que le pilote a raté son décollage et n’a jamais réussi à prendre le contrôle de l’appareil. « Ça a été une série d’erreurs de pilotage », estime-t-il.

Selon ses observations et celles d’autres témoins, Mario Janelle n’a jamais baissé le nez de l’appareil pour entamer son vol. « Il est sorti de l’eau in extremis », rapporte-t-il. Une fois dans les airs, il aurait enlevé les volets puis relâché un peu le gaz, perdant ainsi toute puissance.

La trajectoire de l’avion, dont l’altitude était encore basse, s’est finalement terminée dans un angle perpendiculaire au sol, contre un lampadaire dans le stationnement d’Alliance Semex. Un véhicule a été endommagé lors de l’impact, mais personne n’a été blessé. Le pilote a réussi à sortir par ses propres moyens avant l’arrivée des premiers répondants. Les paramédics lui ont ensuite porté assistance. Il s’en est finalement tiré avec seulement des blessures légères.

Les pompiers de Saint-Hyacinthe et Sainte-Madeleine sont intervenus notamment pour sécuriser la scène de l’accident à la suite d’une fuite de kérosène. La Sûreté du Québec était aussi sur place pour mener une enquête.

Le président de l’aéroport de Saint-Hyacinthe a soutenu qu’en moyenne sept à huit hydravions utilisent le bassin chaque jour. Sur les pistes, il compte au minimum entre 50 et 60 mouvements quotidiennement.

Pas la première fois

Le pilote Mario Janelle n’en serait pas à sa première mésaventure dans les airs. En 2012, il aurait été impliqué dans un autre accident aérien avec le même type d’appareil dans la région de la Haute-Mauricie.

Même s’il est un pilote expérimenté, M. Janelle ne comptait pas beaucoup d’heures de vol à bord d’un hydravion selon nos informations. Ce dernier vol, qui a connu une fin abrupte, serait son troisième dans ce type d’appareil cette année. Selon Gabriel Chartier, M. Janelle aurait pris la décision de mettre un terme à sa carrière de pilote après l’accident.

image