16 juillet 2015
Vente trottoir estivale
Une tradition bien ancrée chez les consommateurs
Par: Jean-Luc Lorry
Aux Galeries St-Hyacinthe, la présence de Kiro le clown est venue apporter une dose d’humour à la traditionnelle chasse aux aubaines. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Aux Galeries St-Hyacinthe, la présence de Kiro le clown est venue apporter une dose d’humour à la traditionnelle chasse aux aubaines. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La prestation de l’auteure-compositrice-interprète Pascale Picard fut l’un des moments forts des Rendez-vous urbains au centre-ville. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La prestation de l’auteure-compositrice-interprète Pascale Picard fut l’un des moments forts des Rendez-vous urbains au centre-ville. Photo François Larivière | Le Courrier ©

À l’heure du commerce électronique, la vente trottoir semble loin d’être une foire commerciale boudée par les consommateurs.

Publicité
Activer le son

La traditionnelle chasse aux aubaines organisée du mercredi 8 au dimanche 12 juillet par les trois pôles commerciaux de Saint-Hyacinthe a fait le bonheur des commerçants qui proposaient des milliers d’articles à prix réduit.

Au centre-ville, les chapiteaux blancs érigés en enfilade sur la rue des Cascades permettaient de poursuivre la vente extérieure en cas de pluie.

Cette année, la vente trottoir fut agrémentée par les Rendez-vous urbains, un concept de rue piétonne temporaire animé qui eut un succès sur toute la ligne.

« Cela fait trois ans que mon organisme veut transformer le centre-ville en un haut lieu culturel, raconte Simon Cusson, directeur général de la SDC Centre-ville. Je pense que nous avons gagné notre pari en mettant sur pied les Rendez-vous urbains. Ce fut un événement culturel magique. »

La prestation de l’auteure-compositrice-interprète Pascale Picard fut l’un des moments forts de cette formule qui a attiré de nombreux curieux.

« Mon objectif pour l’avenir serait de réussir à arrimer les Rendez-vous urbains, la Fête nationale, les Beaux Mardis de Casimir ainsi que la vente trottoir. Les gens veulent que le centre-ville de Saint-Hyacinthe soit une destination culturelle », observe M. Cusson. Au complexe M, la chasse aux aubaines s’est déroulée dans une ambiance de cirque avec la présence d’un clown, d’un jongleur et d’un maquilleur.

« Comme nous sommes un petit centre commercial, la vente trottoir offre toujours une belle visibilité à nos marchands », mentionne Émilie Carisse, directrice marketing et communication du Groupe Robin, propriétaire du complexe M.

Pour rendre attrayante sa foire commerciale, les Galeries St-Hyacinthe avaient organisé des parties de mini-golf et des tours de poney à l’intérieur du centre d’achat maskoutain.

« Les enfants ont beaucoup apprécié nos activités. Quant à la vente trottoir, le premier jour a été au-delà de nos attentes, puis c’est devenu plus calme par la suite », note Janie Fontaine, coordonnatrice au marketing des Galeries St-Hyacinthe.

image