21 juillet 2016
Une usine de tapis (2)
Par: Le Courrier
Ouvrier affecté à la surveillance d’une machine à touffeter. Photo : Société d’histoire de la région d’Acton

Ouvrier affecté à la surveillance d’une machine à touffeter. Photo : Société d’histoire de la région d’Acton

Publicité
Activer le son

La confection des tapis

Voici comment, lors de la Semaine de l’Entreprise, en mai 1986, la compagnie décrivait ses procédés de fabrication.

Comment transforme-t-on des millions de fibres synthétiques en fils capables de rivaliser avec la laine ou n’importe quelle autre fibre naturelle? Comment ces fils sont-ils ensuite piqués, bouclés, coupés et texturés de façon à constituer des revêtements de sol à la fois doux et durables, de formes et de couleurs variées, qui enjolivent les décors de pratiquement chaque foyer?

À ses deux usines, situées à Acton Vale et à Wickham, la société Peerless a réussi à allier les dernières innovations techniques avec un personnel de gestion et de production dont la compétence est indéniable, ce qui lui a valu la première place au rang des fabricants et exportateurs de tapis au Canada.

La production du fil commence par la fibre. La société Peerless achète des fibres de première qualité et des filaments continus de fabricants tels que Dupont, Allied, Badische et Celanese.

La préparation des fils n’est qu’une étape du cheminement vers la production de tapis de qualité supérieure. En 1974, la société Peerless a agrandi l’usine d’Acton Vale en portant sa superficie totale à 450 000 pieds carrés. Cette usine produit plus de 100 moquettes dans toute une gamme de coloris. Toutes les grandes catégories de tapis sont représentées : saxony, peluche, poils coupés et bouclés, boucles égales et boucles de hauteurs inégales.

Parmi les nombreuses acquisitions de la société Peerless, on peut citer des chaînes de teinture à la continue à fonctions multiples ainsi que des machines à touffeter ultrarapides. En 1983, un autre ajout d’une superficie de 30 000 pieds carrés a été construit pour installer le nouvel équipement.

En entrant dans une pièce recouverte de tapis, disons un bureau confortable, nous tenons pour acquis certains des éléments de confort qui se trouvent dans notre environnement immédiat. Nous ne nous arrêtons jamais à penser, par exemple, que la surface agréablement texturée qui amortit nos pas est faite de plus d’un million et demi de points juxtaposés… Or, la technique de confection qui rend ce luxe accessible est le touffetage.

Le principe d’une machine à touffeter est similaire à celui d’une machine à coudre, sauf que le nombre d’aiguilles dont elle est munie peut atteindre 1 440, et ces aiguilles, toutes actionnées de façon synchronisée, travaillent avec la rapidité de l’éclair. Les boucles de fil sont piquées dans un dossier primaire fait d’une matière tissée ou synthétique non tissée; puis, le fil traverse le tissu avec l’aiguille pour être repris de l’autre côté par un crochet ou une remailleuse. Ce crochet retient le fil pendant que l’aiguille remonte à travers le dossier, formant ainsi une boucle. Le tissu avance ensuite d’un rang et l’opération se répète à un rythme pouvant atteindre 1 300 rangs à la minute. Si la machine à touffeter est réglée à une vitesse de dix rangs au pouce, elle peut produire environ 15 verges carrées à la minute, ce qui équivaut à une quantité de tapis suffisante pour couvrir le parquet de la pièce dont on parlait plus tôt, et ce, en pas plus d’une minute. Si l’on suppose qu’un tel rythme est maintenu sans interruption, une seule machine peut produire plus de 7 000 verges carrées de tapis en un quart de travail de huit heures. Peerless dispose actuellement de 26 machines à touffeter qui produisent toute une gamme de tapis de types et de densités différents.

Ces machines peuvent faire deux sortes de points : le point droit ou le point en zigzag. Dans le point droit, les aiguilles forment des boucles en ligne droite sur le sens de la longueur du tapis; dans le point en zigzag, le dossier ou la barre à aiguilles effectue un léger mouvement de va-et-vient au cours du touffetage, de manière à créer des effets de couleur ou à mélanger les fils pour éviter les stries ou l’apparition d’un motif. Les machines à touffeter peuvent fabriquer des tapis à poils coupés, à boucles égales, coupés et bouclés, ou à boucles de hauteurs inégales. Pour arriver à produire les nombreuses variations possibles dans les deux dernières catégories, la société Peerless a équipé ses machines à touffeter d’accessoires spéciaux à commande électronique.

Avant d’être expédiés, tous les tapis sont soumis à une inspection finale. On les déroule pour les examiner sur des tables d’inspection afin de s’assurer qu’ils sont conformes aux normes et spécifications en vigueur chez Peerless.

Après leur inspection finale, les tapis sont roulés, emballés et codés au moyen d’un système de stockage et d’inventoriage informatisé. Ils sont ensuite prêts à être expédiés en toute confiance aux centres de distribution de la société Peerless répartis dans tout le Canada.

image