13 octobre 2016
Chrysler Pacifica 2017
Une vraie minifourgonnette
Par: Marc Bouchard
Photo Marc Bouchard

Photo Marc Bouchard

On m’a souvent accusé d’être bizarre, d’apprécier des véhicules que les autres aiment un peu moins (je sais, je me confesse, j’ai été propriétaire d’une Aztek durant trois ans). Je ferai donc honneur à ma réputation une fois de plus en vous disant que j’étais presque excité de prendre le volant de la nouvelle Chrysler Pacifica pour un essai de plusieurs jours.

publicité

J’avais eu l’occasion, le printemps dernier, de me rendre au lancement nord-américain de la minifourgonnette. J’avais été fortement impressionné, mais comme le lancement se déroulait sous le soleil de la Californie, sur des routes parfaites, j’avais hâte que la Chrysler Pacifica se mesure aux terribles routes québécoises, et aux embouteillages infinis de la région montréalaise.

Même après une semaine de tests en temps réel, je suis encore toujours aussi impressionné. Bien sûr, il s’agit encore d’une minifourgonnette avec tout ce que cela implique, mais on a si bien réussi à modifier le comportement du véhicule, et surtout on l’a rendu si confortable, qu’on oublie parfois la taille de ce que l’on conduit pour se croire au volant d’une grosse berline. Ce qui, avouez-le, fait baver d’envie tous les conducteurs actuels de minifourgonnette.

Moteur connu

Sous le capot, pas de surprise, on retrouve le moteur V6 3,6 litres Pentastar que Chrysler utilise à toutes les sauces. Ce qui est, avouons-le, une bonne chose puisque la motorisation s’est avérée agréable et très suffisante pour les besoins. Elle a été jumelée à une boite de vitesse 9 rapports.

Il est vrai que cette boite automatique a eu sa part de problèmes dans le passé, sur d’autres modèles notamment, mais il semble qu’elle ait réglé ses défauts puisqu’on n’a pas ressenti de changements inopportuns ou trop abondants comme c‘était le cas sur d’autres véhicules.

Bref, un bon jumelage qui fait le boulot sans coup férir. Mieux encore, il se pourrait qu’à l’avenir la Chrysler Pacifica soit aussi disponible avec un rouage intégral, ce qui ne serait pas rien dans un monde où les systèmes toutes roues motrices ont la cote.

Bonne nouvelle, même au bout d’une semaine, la consommation s’est avérée plus que raisonnable, excédant un peu les 9,2 litres aux 100 kilomètres combinés promis, mais demeurant en deçà des 10 litres malgré un usage partagé entre la route et la ville.

Ajoutez à cela un habitacle luxueux et confortable, un design stylé à l’intérieur comme à l’extérieur et vous aurez une sérieuse concurrente au chapitre des véhicules familiaux.

Polyvalence maximale

La beauté de la Chrysler Pacifica, c’est cependant sa polyvalence. La troisième rangée de sièges se range électriquement dans le plancher, laissant la place à un vaste espace de chargement quasi plat. Les sièges baquet de deuxième rangée profitent pour leur part du système Stow’n Go, un principe qui permet de les replier littéralement dans le plancher pour se dissimuler au complet. L’espace de chargement devient alors total et ses dimensions permettent même de transporter des planches de 4 x 8 à plat!

Outre ces facilités de chargement, la Chrysler Pacifica regorge aussi d’équipement et d’accessoires uniques en leur genre. Le plus intéressant : le système optionnel UConnect Theatre, qui loge face aux passagers de deuxième rangée des écrans de projection.

On peut bien entendu y brancher une console ou y regarder un film, mais on peut surtout utiliser les fonctions offertes de série comme un jeu de bingo visant à apercevoir des objets du quotidien, un jeu de dames ou un système, baptisé « Est-ce qu’on arrive? », qui chaque 15 minutes donne aux enfants la durée restante du voyage programmé dans le système de navigation.

Stationnement automatisé, aspirateur intégré (en option), portières latérales et arrière contrôlées par la télécommande, ensemble de systèmes de sécurité comme l’avertisseur de changement de voie ou le contrôle d’angles morts, sont tous des options que la Chrysler Pacifica propose.

Mais, car il y a un mais, il ne faut pas compter sur une Pacifica abordable. Son prix de base est fixé à 44 000 $ (ou presque), ce qui la place au sommet de la chaine dans ce domaine (car elle remplace la Chrysler Town & Country, la Dodge Grand Caravan étant encore offerte cette année). 

Malgré tout, je dois m’en confesser, si j’en avais les besoins et les moyens, la Chrysler Pacifica serait mon choix. Pour le modernisme de sa conduite, pour la qualité de ses accessoires et pour son design un peu plus stylé, elle est, à mes yeux, la meilleure des minifourgonnettes sur le marché. Rien de moins.

image