8 mars 2012
Assemblée d'investiture à Québec solidaire Saint-Hyacinthe
Unis dans l’adversité
Par: Le Courrier

Difficile d’imaginer une course à l’investiture plus pacifique que celle qui oppose actuellement Richard Gingras et Jean Barrette, les deux prétendants au poste de candidat de Québec solidaire dans le comté de Saint-Hyacinthe en vue du prochain scrutin provincial.

publicité

Les deux hommes ne s’en cachent pas. Ils ont choisi de se présenter tous les deux, presque main dans la main, en partageant les mêmes espoirs et la même vision.

« Nous sommes deux personnes qui oeuvrent dans des milieux différents et qui ont des réseaux différents. Pourquoi se priver d’une belle occasion de parler du parti en rejoignant un maximum de gens avec cette course à l’investiture? »Qu’à cela ne tienne, les 80 membres en règle habiletés à voter devront tout de même arrêter leur choix sur l’un des deux complices au terme de l’assemblée d’investiture qui se tiendra le 11 mars, puis se rallier derrière lui pour préparer la prochaine élection.Dans le coin gauche, Richard Gingras, coordonnateur de l’association locale du parti, se propose à l’investiture pour la troisième fois. Candidat de Québec solidaire aux élections de 2007 et de 2008, il avait recueilli environ 1 000 voix à chaque occasion. De tout temps, il s’est investi dans le milieu communautaire. Il oeuvre auprès des jeunes en prévention en toxicomanie depuis 37 ans, dont 21 auprès des jeunes Maskoutains qui fréquentent les établissements de la commission scolaire. Membre de la Table de concertation jeunesse, il défend aussi ardemment le financement adéquat des organismes communautaires, l’environnement et les énergies vertes ainsi que l’accessibilité et la gratuité des services publics.Dans le même coin gauche, le porte-parole de l’association, Jean Barrette, brigue pour la première fois l’investiture du parti. Sociologue de formation, M. Barrette oeuvre depuis plus de 25 ans à titre d’agent d’aide chez Emploi-Québec – et les ancêtres de l’agence. Il a lui aussi tracé son chemin dans le milieu communautaire, notamment en s’impliquant pendant 18 ans à MADH, une ressource communautaire de réinsertion sociale en santé mentale, et pendant 8 ans à Solidarité populaire Richelieu-Yamaska, un collectif de groupes populaires, communautaires et syndicaux « qui permet un riche partage d’idées, garant d’une collaboration sociale, d’où naissent de nouvelles perspectives ».« Et c’est cela aussi, notre parti : un regroupement de gens solidaires qui a à coeur le bien commun », poursuit M. Barrette.Les deux hommes ont fait leurs premiers pas en politique en militant au Parti québécois, jusqu’à ce qu’un jour, leurs préoccupations pour la protection de l’environnement et la lutte à la pauvreté les mènent tout naturellement vers Québec solidaire. Et avec les votes inattendus des Québécois au cours des derniers scrutins, ils se permettent d’espérer que d’autres, comme eux, se reconnaîtront dans ce « parti vraiment démocratique », confient-ils.« Québec solidaire défend les opinions exprimées par ses membres et rien d’autre. Les candidats et les chefs sont des porte-parole de ce que souhaite la majorité, tout en reconnaissant le droit à la dissidence, conclut M. Gingras. Notre vision ne peut s’installer comme par magie. Quand on veut changer les choses, il faut se manifester et avoir le courage politique d’agir, au-delà des belles paroles. »  Assemblée générale annuelle et assemblée d’investitureLe dimanche 11 mars, à 13 hAu Restaurant Lussier

image