26 avril 2012
Vaincre les cancers féminins par la musique
Par: Le Courrier

L’auteure-compositrice-interprète Chloé Lacasse s’arrêtera au Zaricot le 28 avril, à 20 h, pour un spectacle-bénéfice pour vaincre les cancers féminins. Elle y présentera des pièces de son album éponyme, paru à l’automne 2011 après sa victoire aux Francouvertes.

Son premier disque en carrière (après la parution de deux minis-albums en 2010) a récolté un franc succès, obtenant une réception positive de la part des amateurs de musique et des critiques.

Pour y arriver, elle a fait équipe avec Antoine Gratton qui a agi à titre de réalisateur. Un son plus mordant que ce qu’elle avait présenté aux Francouvertes est ressorti de cette collaboration. « J’aime bien le côté doux d’une chanson, mais la basse et la batterie sont aussi très importantes dans mes morceaux, ce qui donne un son un peu plus punché », indique Chloé Lacasse en entrevue. « Quand on a commencé à travailler sur l’album, je savais ce que je voulais avoir comme résultat et c’est exactement ce qui est ressorti. »Influencée par la musique britannique, elle s’est inspirée de groupes comme Coldplay et The Beatles. On y trouve également des ressemblances avec la musique de la Suédoise Lykke Li, qu’elle affectionne particulièrement. « Ma musique n’est pas ce qu’il y a de plus québécois », lance-t-elle en riant.Elle avoue que l’enregistrement d’un album n’est toutefois pas ce qu’elle préfère. « Ce que j’aime par-dessus tout, c’est de me retrouver sur scène. Avec mon band et le public, j’ai l’impression qu’on est une petite famille, c’est vraiment super. » Chloé Lacasse et les musiciens qui l’accompagnent se donnent aussi la liberté de retravailler un peu ses pièces en spectacle. « Il n’y a personne qui joue du violon ou du vibraphone, alors ça donne un son plus brut, un son propre au live. Je ne voulais pas avoir d’ordinateur avec moi sur scène juste pour qu’on y retrouve tous les instruments. Je ne voulais pas simplement recréer l’album. Je lui donne un nouvel aspect en concert. »Sur son site Internet, elle qualifie sa prestation sur scène comme un spectacle « qui caresse et qui décoiffe », y allant tour à tour de chansons qui « rentrent dedans » et de chansons plus douces. Un équilibre qui permet aux spectateurs d’apprécier pleinement la qualité artistique de la chanteuse.

Jouer pour une bonne cause

« Il y a eu quelques cancers dans ma famille et cette réalité touche de plus en plus de gens. Avec ce concert, c’est ma façon à moi de pouvoir aider », souligne Chloé Lacasse. L’argent qu’elle amassera lors de cette soirée, elle le remettra à Édith L’Espérance qui marchera lors du Week-end pour vaincre les cancers féminins au mois d’août.

Celle qui a été finaliste au Festival de la chanson de Granby en 2008 a déjà participé à quelques concerts-bénéfice au cours de sa carrière, notamment l’an dernier pour la même occasion en première partie de Vincent Vallières.Cette fois, c’est Chloé Lacasse qui joue le rôle de tête d’affiche. Elle sera accompagnée des soeurs Boulay, finalistes pour la présente édition des Francouvertes. « Nous sommes amies depuis très longtemps et elles sont super bonnes », assure-t-elle.

À la conquête du Québec… et de l’Europe

Jusqu’à présent, le gros de l’expérience scénique de Chloé Lacasse s’est déroulé dans la métropole. « On commence à sortir de Montréal pour faire des spectacles et ça fait du bien. On explore le reste du Québec tranquillement. » Au cours de l’été, elle devrait faire plus de spectacles en région. Rien n’est encore certain à 100 %, mais tout s’aligne pour qu’elle se promène en terres québécoises.

Une expédition de trois semaines en Europe pour faire connaître sa musique de l’autre côté de l’Atlantique devrait également l’attendre prochainement, les derniers détails restant à être fixés. Une Chloé Lacasse qui tente de montrer ce qu’elle peut faire sur une scène et qui a tout le potentiel pour séduire le public d’ici et d’ailleurs.

image