22 août 2019
Golf
Valérie Tanguay vivra son baptême de la LPGA
Par: Maxime Prévost Durand

Valérie Tanguay sera en action à l’Omnium canadien CP, disputé en banlieue de Toronto à compter d’aujourd’hui. Photo Zach Sepanik

Valérie Tanguay vivra un rêve aujourd’hui. Pour la première fois de sa carrière, la golfeuse maskoutaine disputera un tournoi de la LPGA alors qu’elle prendra part à l’Omnium canadien CP, à Aurora, en banlieue de Toronto.

publicité

Grâce à une invitation des organisateurs, l’athlète de 23 ans fera partie de la quinzaine de Canadiennes qui rivaliseront au Club de golf Magna, du 22 au 25 août. Pas moins de 96 des 100 meilleures golfeuses au classement des boursières de la LPGA seront présentes à ce rendez-vous.

« C’est un rêve pour moi qui se réalise. Mon but est de jouer à temps plein sur le circuit de la LPGA. C’est le fun de pouvoir dire que je vais le vivre pour la première fois », a-t-elle lancé lorsque jointe par LE COURRIER la semaine dernière, au lendemain de l’annonce de sa participation.

Neuf des dix meilleures joueuses de la LPGA seront de la partie, dont les trois Coréennes Jin Young Ko, Jeongeun Lee6 et Sung Hyun Park, en plus de la Canadienne Brooke Henderson (6e).

« Je n’ai pas regardé qui va être là, a avoué la native de Saint-Hyacinthe. Je ne veux pas me laisser impressionner parce que je sais que je suis capable d’être là, à ce niveau. »

Depuis les derniers mois, les astres se sont alignés pour Valérie. Elle avait réussi plus tôt cette année à participer à son premier tournoi du circuit Symetra, la « ligue américaine » de la LPGA. Elle en a disputé huit autres dans les semaines qui ont suivi, si bien que, grâce à ses bons résultats, elle a réussi à faire sa place sur ce circuit en vue de la prochaine saison.

« Je ne pensais même pas jouer sur le Symetra cette année et, finalement, j’ai mon statut pour faire partie du circuit », s’est réjoui la golfeuse.

Il y a deux semaines, elle confirmait d’ailleurs son statut de membre officiel du circuit Symetra au terme d’un tournoi disputé à Milwaukee, au Wisconsin. « C’était le dernier tournoi pour savoir si j’allais faire partie du Symetra ou si j’allais devoir passer par le Q-school 1. J’étais 130e sur la money list et ils prenaient les 125 premières », a-t-elle expliqué.

Pour améliorer son classement, elle devait obligatoirement traverser les coupures, ce qu’elle a réussi avec un oiselet sur le dernier trou. Au terme du tournoi, elle a présenté un pointage total de -1, ce qui l’a fait avancer au 124e échelon du classement des boursières du circuit Symetra.

Cela lui permettait par la même occasion d’être disponible pour l’Omnium canadien CP. Dans l’éventualité où elle n’avait pas obtenu son statut sur le circuit Symetra, elle aurait été obligée de faire l’impasse sur cette opportunité puisque le tournoi Q-school 1 se tient en même temps.

Qui plus est, le fait de participer à un tournoi de la LPGA est une belle reconnaissance du travail accompli depuis les derniers mois. « L’organisation du tournoi choisit les joueuses canadiennes qu’elle veut voir jouer pour leur donner de l’exposure sur le circuit de la LPGA », a affirmé celle qui bénéficiera justement d’un laissez-passer.

Bien que le rendez-vous soit grand, Valérie semblait plutôt calme à l’aube de l’Omnium canadien CP, malgré une certaine fébrilité. « J’envisage ce tournoi comme les autres. Je veux jouer au golf et bien faire. Je vais faire les mêmes routines qu’à l’habitude. Je vais là pour performer, puis pour acquérir de l’expérience », a-t-elle conclu.

image