28 août 2014
Réorganisation scolaire
Véritable casse-tête pour les commissaires
Par: Jennifer Blanchette
Les commissaires scolaires ont jusqu’au 16 septembre pour déterminer quelle école s’installera dans les locaux du Séminaire, une décision difficile puisque les groupes concernés préconisent tous une issue différente.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les commissaires scolaires ont jusqu’au 16 septembre pour déterminer quelle école s’installera dans les locaux du Séminaire, une décision difficile puisque les groupes concernés préconisent tous une issue différente. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Au terme de la consultation publique tenue dans le cadre de la réorganisation scolaire, une seule certitude persiste, le scénario idéal n’existe pas. Alors que la Polyvalente Hyacinte-Delorme (PHD) prône le statu quo, les écoles Fadette et Casavant se sont engagées dans un duel afin de savoir qui mettra la main sur les locaux du Séminaire.

publicité

Lundi soir, six des sept groupes ayant déposé un mémoire aux commissaires scolaires ont expliqué quel scénario, proposé ou non par le comité mixte chargé de revoir la structure scolaire, ils favorisaient.

Tant le comité de parents de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) que les enseignants de l’école Casavant ont défendu le scénario 3 (voir tableau) tandis que les représentants de l’école Fadette ont pour leur part suggéré une nouvelle avenue qui n’a pas tardé à faire fuser les réactions dans la salle.

Puisque la subvention ministérielle de 4,3 M$ aurait dû initialement servir à pallier le manque d’infrastructures sportives et de locaux de classe de Fadette, ses représentants ont soutenu que leur établissement devrait être logé au Séminaire et que l’école Casavant pourrait déménager dans le bâtiment de l’avenue Mailhot.

L’ire des représentants de l’école Casavant a atteint son apogée lorsque la commissaire France Martin a fait remarquer que selon son mémoire, Fadette souhaitait s’approprier le programmearts-études, actuellement offert à Casavant.

« Fadette souhaite récupérer le programme arts-études afin qu’il bénéficie de l’expertise du programme sports-études. […] Les trois scénarios proposés [par le comité mixte] nous laissent le problème en entier, soit pas assez de locaux de classe », a soutenu la représentante du personnel professionnel de Fadette, Line Néron.

La question de l’identité et de la couleur de chacune des écoles a fait surface à plusieurs reprises au cours de la soirée, les défendeurs du 3e scénario estimant qu’il est essentiel de préserver le sentiment d’appartenance envers les établissements.

« Nous croyons qu’une fusion des écoles Casavant et Fadette avec une clientèle répartie dans deux bâtiments aura pour effet de diluer les forces. Il y aura aussi une dilution des forces de l’équipe-école », a maintenu Éveline Delage, présidente du conseil des enseignants de Casavant.

Après ces nombreux plaidoyers, l’Association québécoise des cadres scolaires – Yamaska (AQCS), avec Yvonne Scott en tête, a présenté un mémoire en faveur du scénario 2, misant sur son équité concernant l’accès aux installations du Séminaire et les économies qui seraient engendrées.

« Les scénarios qui impliquent de prendre Casavant et de l’amener au Séminaire, en laissant Fadette à son sort, ça ne fonctionne pas », a-t-elle affirmé.

L’AQCS – Yamaska craint également que si l’une ou l’autre des écoles déménage dans les locaux du Séminaire, cela résulte en un clivage de la clientèle.

Adaptation scolaire et redécoupage des bassins

À peine effleurée au cours de la soirée, l’idée de redéfinir les bassins scolaires du secondaire a été soulevée par le comité de l’adaptation scolaire dans son mémoire, lequel favorise les options 1 et 2.

« Le nombre d’élèves à la Polyvalente Robert-Ouimet (PRO) diminue d’année en année, tandis que celui de la PHD est en augmentation. Les élèves de Saint-Liboire et les environs [Sainte-Hélène] pourraient être redirigés vers la PRO. L’idée, ce serait d’offrir des services pour les élèves en adaptation scolaire dans deux continuums », a expliqué Caroline Germain, après avoir été interpellée sur le sujet par le président de la CSSH.

Le directeur de la PRO, Stefan Bourassa, a renchéri en stipulant qu’un élève ayant des difficultés d’apprentissage qui entreprend ses études à un endroit devrait pouvoir les terminer au même endroit.

Le comité d’adaptation scolaire a par la suite dû se frotter à l’épineuse question de la commissaire Annick Corbeil, à savoir si la proposition impliquerait la fermeture de l’école Raymond. Mme Germain a répondu par l’affirmative, expliquant qu’il est préférable que les cohortes cheminent ensemble et d’éviter que le milieu scolaire change complètement.

Les enseignants de l’adaptation scolaire et de l’intégration linguistique de la PHD ont pour leur part demandé le statu quo quant à leur expertise dans ce domaine spécialisé.

Les commissaires rendront leur décision en lien avec la réorganisation scolaire le 16 septembre.

Les mémoires sont disponibles pour consultation sur le site Internet de la CSSH.

Projet 3
Projet 2
Fusion Fadette et Casavant
Projet 1
Fusion Fadette et Casavant
image