5 mai 2016
Expression, centre d’exposition de Saint-Hyacinhte
Vernissage et remise de prix : la créativité à l’honneur
Par: Alice De guise
Alice De Guise, journaliste au Courrier de Saint-Hyacinthe, en compagnie d’Anaïs Laroque.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

Alice De Guise, journaliste au Courrier de Saint-Hyacinthe, en compagnie d’Anaïs Laroque. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les gagnants des niveaux secondaires et collégiaux du Concours Place à la critique. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les gagnants des niveaux secondaires et collégiaux du Concours Place à la critique. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Des étudiants et des professeurs du programme d’Arts visuels du Cégep de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Des étudiants et des professeurs du programme d’Arts visuels du Cégep de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La créativité était à l’honneur lors du double évènement qui avait lieu le 29 avril à Expression. Effectivement, deux activités ont été présentées conjointement lors de cette soirée. Dans un premier temps, les gens ont pu assister au dévoilement de la 14

Publicité
Activer le son

Le Concours Place à la critique s’adressait aux étudiants de niveau ­secondaire, collégial ainsi qu’au grand public. Pour participer, il suffisait de visiter l’exposition scientifico-fictionnelle de Laurent Lamarche, D.E.Mo, qui se tenait du 6 février au 17 avril. À la suite de la visite, les participants ­pouvaient soumettre un texte ­critique, un texte créatif ou un projet d’arts plastiques. Des bourses de 100 $ et 200 $ ont donc été remises aux gagnants. LE COURRIER a remis à Anaïs Laroque le premier prix du volet grand public pour sa critique d’art.

L’exposition intitulée Homonaute, ­offerte par les finissants du programme d’Arts visuels du Cégep de Saint-Hyacinthe, est à l’exemple des grands voyageurs puisque durant leur processus créatif les 26 jeunes artistes cherchaient à comprendre le monde qui les entoure. À travers leurs créations, les finissants partagent leur besoin de découvrir. Leur désir est directement lié à l’humain tout comme l’indique le titre de l’exposition : Homonaute. Les étudiants présentent donc ce qui, pour eux, est le point culminant de leurs deux années de parcours préuniversitaire que ce soit en peinture, en dessin, en sculpture, en multimédia ou en installation. L’exposition est en cours, et ce, jusqu’au 8 mai.

image