1 novembre 2012
Vers une septième élection?
Par: Le Courrier
Gaston Vachon, fidèle organisateur politique de Claude Bernier depuis la première heure.

Gaston Vachon, fidèle organisateur politique de Claude Bernier depuis la première heure.

Gaston Vachon se rappelle encore de la toute première campagne qu’il a organisée pour Claude Bernier en 1992. Vertes recrues, les membres de l’équipe n’avaient pas lésiné sur les moyens afin d’arriver à leurs fins.

publicité

« On ne savait pas avec qui on se tiraillait. Tout ce qu’on savait, c’est que le maire Clément Rhéaume avait une grosse machine », se souvient M. Vachon.

Mettant toutes les chances de son côté, l’équipe Bernier avait recruté nombre de collègues et amis, fait des sondages et analysé les pointages. « On faisait tout ce qui nous semblait normal pour gagner. Malgré tout, on n’avait pas prévu une victoire aussi fracassante. Mais il faut dire une chose : parfois on est juste à la bonne place au bon moment. Clément Rhéaume avait peut-être souffert de l’usure du temps. »Il est acquis que Gaston Vachon sera aux côtés de M. Bernier s’il devait choisir de se lancer dans une septième campagne. Mais les défis, reconnaît-il, seront grands. « Quand tu es un élu, de temps en temps, tu dis non. Et plus tu occupes une position longtemps, plus il y a de gens à qui tu dis non et qui veulent un changement. On pourrait dire que le temps, c’est le principal handicap d’un politicien qui retourne en élection. »Et puis, en 20 ans, c’est toute une génération d’électeurs qu’il a fallu reconquérir. « Les gens qui ont voté pour lui au début ne sont plus tous les mêmes aujourd’hui. Chaque fois, il faut se faire connaître. Il y a toujours beaucoup de travail à faire, même après 20 ans. En même temps, il faut bien dire qu’on a réussi jusqu’ici… »Johanne Delage, elle, croit qu’il est temps pour le maire de prendre une retraite bien méritée. « M. Bernier a fait un excellent travail, pendant 20 ans, sept jours par semaine. Je pense qu’il devrait se retirer en pleine gloire, prendre du temps avec sa famille et voyager. Il n’a pas pris beaucoup de vacances en 20 ans. Ce serait mieux de partir comme ça que de se présenter à chaque élection jusqu’à subir la défaite. Ça me ferait tellement de peine si ça devait arriver », lance candidement l’ex-conseillère municipale.« Je ne le dis pas méchamment, bien au contraire. Je ne pense pas que M. Bernier va se représenter. Et quand je vois à quel point le milieu municipal est entaché en ce moment au Québec, je suis de plus en plus convaincue qu’on devrait limiter les mandats des maires à deux ou trois, le temps qu’ils réalisent leurs objectifs. Il faut apprendre à céder sa place », conclut Mme Delage.

M.-P.G.N.

image