4 octobre 2018
Chantal Soucy, la CAQ et Saint-Hyacinthe au pouvoir
Victoire écrasante
Par: Martin Bourassa

La réélection de la députée caquiste de Saint-Hyacinthe et l’élection d’un gouvernement caquiste dirigé par le chef François Legault étaient prévisibles. 

publicité

L’ampleur de ces victoires annoncées a cependant surpris tout le monde, même les principaux intéressés. Le tsunami caquiste a tout balayé sur son passage lundi soir. La victoire a été complète, écrasante, pour ne pas dire brutale et sans appel. Avec ses 74 députés contre 32 pour le gouvernement libéral sortant, 10 pour Québec solidaire et à peine 9 pour le Parti québécois, la Coalition Avenir Québec a écrit l’histoire et réussi l’improbable défi d’imposer une troisième voie forte et dominante dans un système (trop?) longtemps dominé par le bipartisme à Québec.

L’exploit n’est quand même pas banal si l’on s’attarde quelques instants au chemin parcouru depuis Mario Dumont et l’ancienne Action démocratique du Québec. Mais les célébrations devront être de courte durée puisque François Legault et sa troupe auront bien du boulot devant eux afin de livrer la marchandise. Leur programme varié ne manquait pas d’ambition : réduction du temps d’attente à l’urgence, réouverture des ententes avec les médecins et désincorporation de ceux-ci, maternelle 4 ans gratuite, mais non obligatoire dans l’ensemble du Québec, réduction de l’immigration et tout ce qui va avec l’imposition de tests aux immigrants, création des Maison des aînés, et on en passe des meilleures. Sans oublier, bien sûr, une possible réforme du scrutin.

Bref, les chantiers importants ne manquent pas. Quatre ans seront vite passés, si bien qu’il faudra sans doute faire des choix difficiles et établir des priorités qui seront payantes à court et moyen terme, donc forcément en éducation et en santé. Encore heureux que les finances publiques du Québec soient en ordre, car du cash, il en faudra.

Localement, la députée Chantal Soucy a elle aussi écrit l’histoire.

Depuis 45 ans, aucun député n’avait obtenu un appui populaire aussi important (21 227 votes) et une majorité aussi forte (14 401) qu’elle dans la circonscription de Saint-Hyacinthe. La palme appartenait jusqu’ici au péquiste Léandre Dion. Il avait reçu 18 555 votes et obtenu une majorité de 5107 voix à l’élection du 30 novembre 1998.

La majorité obtenue par Mme Soucy 20 ans plus tard est trois fois plus grande!

Comparativement à la dernière élection, la caquiste a tout simplement pulvérisé ses adversaires péquistes et libéraux, dont les appuis ont littéralement fondu de moitié. Le candidat péquiste Daniel Breton a obtenu 6524 votes comparativement aux 12 023 obtenus par Émilien Pelletier le 7 avril 2014. Du côté libéral, Annie Pelletier a récolté le support de 5758 électeurs, alors que Louise Arpin en avait séduit 11 701.

Dans le comté, péquistes et libéraux ont connu leurs pires résultats en 45 ans! Même le péquiste Richard Bousquet avait réussi à amasser 7790 votes en octobre 1973. C’est donc dire à quel point la débandade est totale de ce côté. La reconstruction du Parti québécois s’annonce ardue et pas seulement au national, partout. La base vieillissante est moins motivée et une partie de la relève passée à Québec solidaire.

À Saint-Hyacinthe, la deuxième place de Marijo Demers est digne de mention, même si elle est à des années-lumière de Chantal Soucy. C’est cependant une éclosion qui risque de donner des ailes à un parti longtemps contraint à la marginalité. Les lendemains de QS s’annoncent peut-être plus gais que du côté du Parti québécois et même du Parti libéral où des examens de conscience s’imposent, ne serait-ce que pour tenter de rétablir les ponts avec le vote francophone qui a migré vers la CAQ.

En terminant, ne vous excitez pas trop avec la perspective que Mme Soucy accède au tout premier conseil des ministres caquiste de l’histoire. Si certains la voyaient déjà ministre de l’Agriculture lundi soir, il ne faut pas partir en peur non plus. Comme nos agriculteurs ont un urgent besoin d’amour, la députée de Mirabel semble en bien meilleure posture.

Assurément, Mme Soucy fera un bon soldat pour François Legault. Une députée compétente, fiable et coriace, doublée d’une redoutable vendeuse pour son parti. Une carte qu’il ne faudra pas trop cacher, car elle sait bien les jouer. 

image