1 juillet 2021
Ville de Saint-Hyacinthe : échos du conseil
Par: Olivier Dénommée
Publicité
Activer le son

Rapports de construction : question de transparence

Durant la période de questions, la candidate à la mairie Marijo Demers a posé une question sur les rapports de construction publiés mensuellement par la Ville de Saint-Hyacinthe, affirmant que ceux-ci avaient « fondu de moitié » depuis mars 2021 puisqu’ils ne contiennent plus les détails sur les permis émis par la Ville, un important enjeu de transparence, selon elle.

Elle a donc demandé au maire Corbeil la raison de ce changement et si ce changement était permanent. M. Corbeil s’est avoué surpris de cette question, affirmant ne pas consulter régulièrement les rapports de construction, et a renvoyé la balle au directeur général, Louis Bilodeau. « Je prends acte de ce que l’on vient de nous soulever. On va vérifier cet aspect-là rapidement et on vous reviendra pour pouvoir assurer un retour », a-t-il répondu devant la citoyenne.

À la fin de la séance du conseil, sa réponse aux conseillers qui désiraient en savoir plus était toutefois un peu plus étoffée. M. Bilodeau leur a expliqué que le changement s’est opéré avec l’arrivée d’un nouveau directeur à l’urbanisme qui était habitué à d’autres pratiques. Il a aussi avoué candidement qu’il s’attendait à ce que LE COURRIER pose des questions sur ce changement bien avant Mme Demers, oubliant momentanément la présence d’un journaliste dans la salle…

à Saint-Hyacinthe : pointe lancée par Beauregard

Lors de la période d’information, le conseiller du district Douville, André Beauregard, en a profité pour saluer l’initiative de recevoir trois camions de cuisine de rue (foodtrucks) au parc Les Salines les 18 et 19 juin et pour lancer une petite pointe en direction de ses collègues. « Je me réjouis de l’ouverture du conseil… On a peut-être été une année trop tard, mais on ne peut pas revenir en arrière », a-t-il affirmé, faisant un évident clin d’œil au fait que la question avait fait grand bruit à Saint-Hyacinthe l’été dernier quand la Ville a confirmé l’interdiction pour les foodtrucks de se trouver sur son territoire en dehors d’événements spéciaux qu’elle organise.

Des propos pleinement assumés par M. Beauregard. « J’ai toujours trouvé que l’on avait été trop sévères et pas assez permissifs sur cette question l’année dernière. Le maire n’a pas apprécié ma sortie, mais je ne me suis jamais caché que je trouvais qu’on était trop conservateurs à Saint-Hyacinthe », a-t-il commenté après coup.

Trois nouvelles embauches à la Ville

Trois nouvelles embauches ont été entérinées par le conseil municipal le 21 juin. Hugo Perreault-Cloutier a été embauché au poste de préposé aux stations de pompage du département aqueduc et égouts du Service des travaux publics de la Ville. C’est le conseiller de La Providence, Bernard Barré, qui a proposé cette embauche à ses collègues, ajoutant au passage que M. Perreault-Cloutier « va avoir le bonheur de travailler dans sa ville ».

Jonathan Houde et Lysiane Chagnon Fontaine ont aussi été embauchés respectivement aux postes de menuisier au département immeubles, éclairage public et feux de circulation et technicienne en environnement. Pour cette dernière embauche, M. Barré a voté contre parce qu’une autre candidature maskoutaine s’était rendue à la dernière étape du processus d’embauche sans être retenue.

Zones de 30 km/h : surveillance accrue

Le conseiller du district Yamaska, Pierre Thériault, a profité de la période d’information du dernier conseil pour soutenir qu’il a reçu de nombreuses plaintes de résidents qui déplorent un manque de respect des arrêts et des limites de vitesse, particulièrement dans les zones de 30 km/h. Au nom de la sécurité de tout le monde, et tout particulièrement des enfants, il demande aux Maskoutains de respecter la signalisation. Il prévient également que la Sûreté du Québec a été avisée et que des policiers « feront une surveillance accrue dans ces zones-là ».

Avenant au contrat pour le 1090 Cascades

Une résolution a été adoptée par le conseil pour approuver l’avenant au contrat entre la Ville de Saint-Hyacinthe et le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques relativement à une demande d’aide financière dans le cadre du programme ClimatSol pour la réhabilitation environnementale du terrain situé au 1090, rue des Cascades.

Le conseiller du district Cascades, Jeannot Caron, a fait savoir son impatience face à ce dossier. « J’espère qu’un jour les délais vont être moins longs pour recevoir l’argent des subventions qu’on est censé recevoir. […] On a fait la décontamination il y a plus de 6 ans et on n’a pas encore reçu les sous. » En effet, le contrat remonte au 6 février 2015 pour la décontamination du terrain où se trouvait auparavant le bar Les Belles de Nuit.

Saint-Hyacinthe favorise l’« achat local »

Un avis de motion a été déposé au conseil pour le règlement 631 modifiant le règlement 262 décrétant les règles de contrôle et de suivi budgétaire et le règlement numéro 562 sur la gestion contractuelle en ce qui a trait à l’achat local. Cette modification survient en réponse aux projets de loi 67 et 69 du gouvernement du Québec qui encouragent notamment l’achat de biens en provenance du Québec pour les prochaines années.

Donc, concrètement, l’« achat local » en question s’applique pour tout le territoire québécois et non pour la région maskoutaine uniquement. « C’était déjà une orientation du conseil et une valeur importante pour Saint-Hyacinthe », confirme la directrice des communications, Brigitte Massé.

image