12 mars 2015
Vincelette l’emporte sur Rainville
Par: Jean-Luc Lorry
René Vincelette a remporté l’investiture libérale dans le comté et devient ainsi le candidat du parti aux prochaines élections fédérales.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

René Vincelette a remporté l’investiture libérale dans le comté et devient ainsi le candidat du parti aux prochaines élections fédérales. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les membres du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Saint-­Hyacinthe Bagot ont préféré la c­andidature du vice-président des ­ressources humaines du Groupe Lacasse, René Vincelette, à celle du propriétaire du restaurant Le Chalet, Luc Rainville, pour les représenter aux élections fédérales.

Sur les 316 membres que compte l’association libérale locale, 155 personnes s’étaient déplacées, mardi soir, au Vignoble Château Fontaine, pour désigner par un vote secret le candidat du Parti libéral dans le comté.

« Je remercie René et Luc de s’être portés candidats pour le Parti libéral. Cela prend du courage pour mettre sa face sur un ­poteau », a déclaré en début de soirée ­l’ancien député libéral et coprésident de la ­campagne du PLC au Québec, Pablo Rodriguez. Celui-ci était présent pour galvaniser les troupes.

Avant le début du vote, les deux candidats s’étaient adressés à tour de rôle aux membres présents.

« La route pour le 19 octobre (jour des élections fédérales) sera longue et pénible. On est en politique parce que l’on aime les gens. Je suis une personne branchée sur son milieu et je sais ce qui s’y passe », a ­déclaré René Vincelette, lors de la présentation de sa candidature aux membres.

Celui-ci a rappelé son implication auprès du CLD Les Maskoutains, de la Chambre de commerce et de l’industrie Les Maskoutains et du Cégep de Saint-Hyacinthe.

Luc Rainville fut plus bref dans sa présentation. « Cela fait 38 ans que je sers les gens dans mon restaurant et j’ai l’intention de continuer à servir la population à titre de député. Ma candidature aura du poids dans la campagne », a mentionné avec humour M. Rainville en faisant référence à son ­embonpoint.

Déception

Après la tenue du vote, René Vincelette fut déclaré vainqueur de l’investiture. Un ­résultat qui a piqué au vif M. Rainville.

« Dans cette course, j’ai été très mal ­informé du processus puisque je n’ai eu que deux jours pour vendre des cartes de membre. Au siège du Parti libéral, l’on m’a dit que c’était à moi de me renseigner sur les démarches à suivre. Je suis convaincu que si j’avais disposé de trois semaines, j’aurais vendu plus de 500 cartes », a estimé Luc Rainville, en entrevue au COURRIER.

La satisfaction pouvait se lire sur le visage détendu de l’heureux élu. « Je peux ­comprendre la déception de Luc. Cette ­victoire représente pour moi plusieurs ­années d’investissement en politique. L’objectif est maintenant que Saint-­Hyacinthe devienne rouge », a indiqué René Vincelette, en compagnie de son fils Kevin et de sa fille Kylie.

À la suite de cette défaite crève-coeur, M. Rainville a annoncé qu’il ne soutiendra pas René Vincelette durant la campagne électorale.

« Je suis prêt à miser 100 $ sur sa défaite. Je ne ferme pas la porte à la politique. Je serai de nouveau intéressé à être candidat sous la bannière libérale. Mais cette fois, je ­connaîtrai les règlements. »

Invité à se retirer

Cette assemblée d’investiture a failli ne ­jamais avoir lieu puisque Luc Rainville a été convoqué en janvier aux bureaux du Parti libéral du Canada à Montréal et invité à se retirer de la course.

« Lors de cette rencontre, l’on m’a dit qu’à Ottawa on trouvait que ma candidature pouvait faire du tort au parti en raison de certains éléments de mon passé. On m’a suggéré de renoncer. J’avais pourtant fait preuve de transparence lorsque l’on m’avait demandé de remplir un questionnaire personnel », a soutenu Luc Rainville.

Les représentants du Parti libéral ­présents à l’investiture ont refusé de ­dévoiler ­publiquement le résultat du ­scrutin. Selon nos informations, une vingtaine de voix ­séparaient les deux candidats.

image