29 décembre 2016
Carte blanche
Vivement 2017!
Par: Pierre Bornais
publicité

Dresser un bilan de l’année qui s’achève est une tradition qui ne date pas d’hier, question de jeter un dernier regard sur les mois passés, en espérant le meilleur pour l’avenir.

Mais l’an 2016 a apporté plus que son lot de mauvaises nouvelles et de conflits, au point de se demander si l’exercice n’aurait pas un effet contraire à celui escompté.

En fait, la liste est interminable; à croire que, à tous les niveaux, aussi bien individuels que collectifs, nous avons enclenché la marche arrière.

Ce qui est contraire, me semble-t-il, à l’effet recherché par quiconque croit encore à un avenir meilleur pour tous, autour de nous et dans le monde.

Cela ne signifie pas qu’il faille pour autant jouer à l’autruche en se mettant la tête dans le sable et en espérant aveuglément que tout changera pour le mieux.

Il faut souhaiter au contraire une prise de conscience individuelle, basée sur le principe éprouvé de faire la distinction entre ce qui nous échappe et ce que nous contrôlons. Plus facile à dire qu’à faire! Mais à quoi bon imaginer le pire alors que tout se passe à des kilomètres au-dessus de nos têtes, et même si à terme nous en serons affectés par de potentiels effets négatifs.

« Plus jamais la guerre! », a proclamé un pape il n’y a pas si longtemps. Pourtant, dans plusieurs régions du monde, c’est encore la triste réalité.

Par contre, il appartient à chacun de contrôler son environnement immédiat pour soutenir ou s’opposer à ceux et celles qui n’aspirent qu’à nous contrôler.

En particulier ceux et celles qui imposent la misère aux plus pauvres et déclarent par la suite les avoir sauvés d’une potentielle catastrophe!

Faisons de 2017 une année d’ouverture et de changement. 

image